Résumé histoire d'alysthia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Résumé histoire d'alysthia

Message par Berenor le Dim 20 Avr - 14:47

Afin d'avoir une meilleur compréhension de l'histoire, je fait un bref résumé des histoires sur l'univers d'alysthia ( certaines n'ont pas était mises), les histoires de vos personnages n'ont pas était inclus dedans.
Les histoires mises dans ce sujet pourront être ressortis sur differents sujet, lorsque le besoins s'en fera sentir ( par exemple l'histoire de la guerre contre les elfes sera mises dans le sujet portant sur un gn chez les elfes)
Ce qui fait que vous n'êtes pas obligés de lire les histoires ci-dessous^^, je vous demanderez au moins de lire le calendrier des évènements à partir de l'année 924!

Aout 924: Queriar marrie sa fille avec le neveu du Comte de Mitoa, le mariage est un piège et Queriar tue les invité, la guerre de sucession pour le Comté de Mitoa commence.

Fevrier 925: La guerre pour Mitoa prend un nouveau cap avec l'apparition d'un nouvel ordre religieux ayant apporté son aide pour rétablir la paix.

mars 925: Un groupe menée par Berenor ce fait attaqué par des brigands, disparition inexpliqué de Berenor, les aventuriers partent vers les terres des elfes.

Avril 925: Lors de leurs trajet, les aventuriers d'Alysthia traverse un petit village, ils y apprennent que les orcs du coin sont devenu agressifs. Entre temps, les armées de la région s'organisent pour régler ce problème.


 Le monde d'Alysthia



A cet époque, en l'an 924 ; existait une île, sur ce morceaux de terres ce trouvait le Royaume d'Alysthia, C'était un endroit unique, alors que le reste du monde était dominé par l'homme ; dans ce lieu coexistait des races anciennes, certaines ne venaient pas de notre planète, 2 autre ne venait même pas de notre dimension !



Au départ furent introduit ceux que dans mon language à une époque encore plus lointaines, s'appelaient les Txarcolis et les Qu'harghosh, ou comme on les nommés dans notre moyen-age, les Elfes et les Nains,



Ils étaient les derniers de leurs espèces, Alysthia devenait de ce fait une sorte de réserves où ils pouvaient vivres en toute sécurité, D'autres races furent introduit, comme d'anciens alliés ayant régressé d'une manière plus tragique encore, les Gulmans, ou les Orcs si vous préferaient,

J'ai toujours eu à déplorer leurs pertes à cause de la folie des hommes,



Mais ceci avait un prix, pour les ramener sur ceux monde, il avait fallu installé des portails, reliant plusieurs mondes entre eux, Les dangers pour y passer étaient nombreux, Mais parfois, il arrivait que des Hortclax sortaient de ses portails, les peuplades primitives les nommés des Demons, sans savoir ceux qu'ils étaient vraiment,



Les Demons étaient créent pour le combat, leurs seul et unique existance était de tuer, Les dégats furent térrible, Mais la catastrophe fut évité lors de l'arrivé de la 3ème race d'humanoîde, les Axorïns ; ceux qui domine le monde à présent,

Cette 3ème race, les humains, arrivèrent en nombre conséquent, leurs armées bien mieux équipés et discipliné renvoya les démons à leurs place, Mais les portails ne pouvaient être fermés !

L'arrivé des premiers hommes sur Alysthia

La guerre contre les Demons faisait rage depuis près de 2 ans, les forces des Elfes et de leurs cousins Elfes Noirs c'étaient réuni sous une seul bannière. Leurs armées harcelait les Demons pour protéger les civils qui fuyaient constamment à travers toute l'île.
Pendant ce temps là, les nains donnaient une résistance plus farouche, mais tout aussi vaine!
Les Nains qui étaient d'habiles constructeurs ce protégeaient derrière leurs forteresse, mais alors que les Elfes ne faisait que peu de pertes à l'ennemi mais les évités, les Nains leurs opposèrent une farouche résistance mais finissaient morts dans les forteresses qui devenaient des tombeaux. 
Les Orcs tentaient de les combattre, mais sans succès non plus.

Cet alors que tout semblait perdu, qu'un jeune prince, venant d'un royaume lointain, arriva sur cette terre qui était semble t'il pleine de promesse. Son nom était Aerog, avec à sa tête une armée de 10000 lanciers engoncés dans leurs armures lourde, leurs bouclier rond; leurs phalanges étaient réputés dans le monde entiers. Avec eux, près de 30000 soldats moins bien équipés venant des terres conquises, ainsi qu'une cavalerie puissante qui dévasta les rangs déjà affaiblit des 
Demons.

Devant cette puissance pourtant commune dans le reste du monde, les autochtones d'Alysthia ne virent pas d'autres fin que de ce soumettre à Aerog. 

Cet ainsi que le royaume d'Alysthia tels que nous le connaissons fut crée.
Au bout d'une année, Aerog eu des nouvelles du royaume de son père, celui-ci était mort et son royaume avec lui.
Aerog compris qu'il ne lui restait qu'Alysthia, bientôt des dizaines de milliers d'humains accostèrent et fondèrent la première ville, Accompagna. Niepas fut crée qu'une vingtaine d'année plus tard.


L'ordre du Marteaux Rouges,



Après la premières incursions des êtres du mal qui dévasta le royaume d'Alysthia, Les elfes créèrent un ordre militaire avec l'aide d'un des guerriers d'Aerog, le but était d'évité et de repousser toutes incursions des êtres qui pouvait ce déversait des portails présent sur Alysthia, Selon la tradition, l'ordre devrait toujours être commandé par un elfe et un humains, Ceci en signe de l'amitié entre les 2 races, ainsi que pour évité les guerres entre elfes et humains, A de nombreuses reprises l’ordre ou à faire face au force du mal, A Chaque invasions eu son lourd tribu, Certains portails furent sceller, condamnent certains monde d'accéder à Alysthia, d'autres furent protéger par des forteresses presque imprenable dans le but de repousser toutes attaques extérieurs comme intérieur, mais les portails était pour certains invisibles, si bien que l'ordre ne pouvait être partout, Pendant longtemps le Marteaux Rouges fut la principal forces militaire du royaume, Mais un jour, un commandeur elfe du nom de Athelas loro, tua le commandeur humain et fit passer le meurtre pour un assassina commandité par le roi en personne, L'ordre partit en guerre contre le royaume, car Athelas loro désirait être roi, Après une guerre rapide, le roi fut déchu et Athelas loro prit le trône, Mais sa légitimité était bafoué par la majorité des grandes maisons, Chacun désirait être roi, des alliances furent scéllés, des bataille opposèrent parfois plusieurs camps à la foi et le pays fut ravagés,

Mais au bout de 4 ans de guerre, le fils de l'ancien roi légitime, revint avec une immense armées qui s’agrandissait partout ou il passa, De nombreux nobles le rejoignit et bientôt tout les prétendant au trône oublièrent leurs revendication ou furent tués,

Athelas loro était déjà mort bien avant l'arrivait du roi légitime, empoissonné par un des prétendants contre lequel il ce défendait,

Depuis la puissance de l'ordre devint moins importantes, les maisons avait développés chacune des forces militaire pour leurs prétentions ou simplement pour ce défendre, tandis que l'ordre essayer de lourdes pertes sans quel ne soit renouvelés par de nouvelles recrus,

Ceci fit que le Marteaux rouges n'était plus composés que de soldats d'élites en petit nombres, plus en mesures d'être un danger pour la couronne,

Depuis leurs commandeurs ce sont toujours attaché à leurs mission initial,


Les guerres elfiques


Près de 15 ans avant le début de notre histoire, une guerre térrible fit rage dans le royaume,
Cela commença par des révoltes menait par un chevalier, Alraic de Fortdread, un noble n'ayant jusque là pas fait entendre parlé de lui, Mais il profita de la levé d'impot que le Roi avait décrété, dans le but de résoudre des problèmes de dettes du royaume, Car en effet le peuple ne pouvait plus supporté la crise économique qui ce profilait, les paysans prenaient armes, les serviteurs ce rebellaient contre leurs maitre, Pendant près de 3 ans, les armées d'Alraic menacer l'intégrité du royaume, tuant tout les nobles sur son passage, 
Pendant ce temps là, le Roi devait répondre à une autre menace, Les elfes des régions de Cautiones et des îles de Dheteroc ce réunirent pour aider la rebellion d'Alraic, les autres elfes leurs firent face et prouvèrent leurs loyauté au Roi,
Ces elfes qui était du coté des rebelles furent appelé Elfes Noirs en raison des armures noirs des guerriers de Dheteroc,
Alors que les armées d'Alraic furent vaincu et que ses dernières forces ce cachaient la ou ils avaient l'occasion, les elfes noirs continué la guerres, résolu dans leur chance d'être libre, Ils avaient déjà voté pour leur représentant, un certains Athes Lorki, 
Athes Lorki tua les derniers membre de la noblesse présent dans les terres libres, Ils rassembla les Elfes pour un ultime combat dans le but de remonter l'Aerog et de prendre Niepas, mais le plan était impossible, Lorsque ses 20000 guerriers firent face à des forces 5 fois plus importantes, Athes Lorki attaqua tout de même, persuadé que devant sa juste cause, il ne pourrait y avoir de défaite,
Mais alors que la bataille était désormais perdu, il dut sonner la retraite,
Une seconde armée, menait par Queriar, le Comte de Cisla, bloqua l'armée des Elfes Noirs devant les Montagnes des Cendres, la barrière naturel qui protégé les terres d'Athes Lorki,


Les Elfes lançèrent plusieurs raid sur les iles de Dheteroc, tuant tout les Elfes Noirs sur son passage,
Ceci mis les elfes Noirs dans une rage folle, n'ayant plus rien à perdre, ceux-ci ce vengèrent et ravagèrent les terres de leurs cousins,
Mais acculés, ils mourrurent tous, certains réussirent à fuir,
Ainsi prit fin la tentative de renverser le roi, encore le bas peuple ce lamente cet echec,

Des légendes raconte que Athes Lorki aurait survécu, en effet des hommes du Comte Queriar l'aurait noyé, enlevant toute preuve de sa mort. 
Ces aussi depuis cette époque que les Demons commence de nouveau à revenir dans le monde, la raison serait selon certains sage, du à l'utilisation de la magie pendant la guerre.
En effet, ce fut toujours lorsque la magie fut utilisé de manière intensive et courante, que les démons commencer à regagner en puissance, comme ci tout ceci était lié.



L'histoire de Paf le paysan


Paf était un modeste paysan, il travaillait depuis son enfance dans les champs qui appartenait avant à son père, qui lui avait était transmis par son grand père et ainsi de génération en génération,
Il y cultivait de l'avoine, le travail était dur, car son champs était situés proche des montagnes du Mont Bas et le terrain était donc très abruptes, De plus, son seigneur, un certains Phillibert était tyrannique et exigeait une grande partie des récoltes de Paf, 
Mais Paf n'étais pas du genre à protester, il était même un peu simplet, C'est peut être pour sa que Phillibert l'aimait bien, combien de fois le seigneur a pu dire tout son admiration pour ce modeste paysans, lui qui travaillait sans relache pour son seigneur, ne grognant jamais lorsqu'il lui fallait donner une grande partie de sa récolte,
En effet Phillibert lui en demandé plus que les autres, ce qui avait le don d'exaspérer les autres paysans du coin, du moins pour ceux encore en vie,
Car il y a 15 ans, lorsque les paysans ce rebellèrent contre leurs seigneurs partout dans le royaume, quelques un des sujet de Phillibert voulait le piégé pour le tué, Mais Paf était bien trop loyal, il alla dire à Phillibert les noms des traitres, Paf ne voullait pas que son seigneur leurs fassent du mal, il était bien au dessus de tout ça, mais ce n'est pas l'avis de Phillibert, 
Les traitres furent tous pendus et Paf ne reçu qu'une tape sur l'épaule comme remerciement, Paf était content, mais moins pour les pendus,


Mais c'était de l'histoire ancienne, maintenant il ne restait plus que des os pendu, il avait fallu resserer les cordes sur les têtes pour pas que les squelettes tombaient par terres, Paf s'en était lui même occupé, il avait trop peur que les morts pouvaient avoir mal en tombant,


Alors qu'il arrachait par les racines ses précieuses plantations d'avoine, le ciel devint de plus en plus nuageux, Paf mis sa capuche, voilà qui le protegerait en cas de pluie, 
Il continua son travail, il n'avait que ça à faire, il n'avait aucune autre occupation et pas de famille, son seul amis était son âne, qui travaillait sans relache au coté de son maitre,
Parfois Paf lui parlait, il semblait parfois que les grognements de l'âne s'apparentait à des paroles selon Paf,
Le ciel devenait de plus en plus obscur, Paf leva les yeux, il y avait de bien grand oiseaux, en grand nombres qui descendaient des nuages, Une dizaines, puis une centaines, Il en avait de toutes les couleurs, ces mauves, des oranges, des jaunes, certains cumulés plusieurs couleurs, Ils descendaient encore, ils étaient bien plus gros que n'importe quels oiseaux que Paf avait vu jusqu'à ce jour, 
Il ce souvint d'une histoire que lui avait raconté sa mère, celle de créature mythique, des dragons,
Il prononca ce mot, Dragon,
L'âne répéta le mot, Paf en était certains, de ces grognements s'apparentait ce mot,
Il regarda encore le ciel, tout en continuant son travail car il restait toujours le brave paysans un peu simplet, fier de son travail,
Deux dragons ce battaient, l'un d'eux, un grand spécimens de couleur jaune, s'écrasa sur la paysans,
Et Paf le paysans !


La légende veut que l'âne galopa vers le village, en grognant le mot dragons,



Religions dans le royaume d'Alysthia :


Le culte du père et de la mère,


Le culte du père et de la mère prend depuis quelques années une ampleur de plus en plus grande dans le royaume d'Alysthia, Surtout depuis l'apparition de missionnaires, toujours accompagnés d'une garde conséquentes de gens armées qui vont de village en village, passant par toutes les villes dans le but de répendre leur religon,
Principal religion dans le reste du monde, ses prêtres voient en Alysthia un lieu ou leurs foi pourraient ce répendre, de plus ils ne voient pas dun bon œil les autres religions,
Leurs principe est que l'humanité auraient étaient crées par un homme et une femme, qui seraient l'équivalent des dieux, Qui bien sur de par ce fait doivent être adoré de tous et cela passe selon certains, par une execution sommaire de tous ceux qui sont non croyant, ou qui ne le montre pas suffisament !
Les prêtres de ce culte interdisent aussi toutes nouvelles idées ou technologie, qui selon eux, l'humanité ne doit pas chercher à devenir l'égal des dieux, sinon nous attireront des puissances tels que ce serait la fin du monde,
Ils sont donc prêt à tout pour que rien ne change, tout progrès est systématiquement détruit, Lîle d'Alysthia n'étant pas encore sous leurs emprises, elle est un lieu dangereux selon leurs dire,



Ordre du renouveau


L'ordre du Renouveau est un ordre secret, ses membres ce cachent parmi le peuple ou même la noblesse, 
Ont ne sait pas quand cet ordre fut créer, mais depuis que ces premiers fait furent accompli, il fut déclaré hors la loi,
En effet, l'ordre du renouveau a déclaré la guerre à la magie, les combattants de l'Ordre on toujours cherché et tuer les magiciens partout ou ils ce trouvent, La raison est pour l'instant inconnu, toutefois il est toujours difficile de trouver un soldat de cet ordre, car il n'ont nul forteresse, nul lieu ou il ce retrouve, Personne ne sait s'il on un chef,




La magie étant assez bien vue dans le royaume d'Alysthia, l'Ordre du Renouveau a toujours eu des ennemis partout, jamais un de ses membres n'iraient dévoiler son secret vonlontairement, du moins sans raisons,
Depuis peu, ils on comme principal ennemi, la nouvelle religion qui commence à prendre de l'ampleur, celle du culte du père et de la mère, 
Bien que la position envers la magie est pas encore définie pour ce culte, chose rare car les autres religions n'ont comme base que la magie ; le culte du père et de la mère et contre l'Ordre du Renouveau,
Principalement car l'Ordre utilise régulièrement des armes dites non conventionnels, ils ont depuis longtemps passaient maitre dans l'art de créer de nouvelles armes, ce qui n'est pas de l'avis du culte qui veut empecher toutes progressions technologiques de l'humanité,


 La compagnie des chasseurs d'oreilles


La compagnie des chasseurs d'oreilles a était créé lors de la guerre ou l'ordre du Marteau rouge a essayé de prendre le trône,
Ils sont connu sous se nom en raison d'une histoire qui relève selon la plupart d'une légende, dans lequel un seigneur aurait payé une bande de brigands pour survivre face au force Elfes qui avançaient vers son domaine Leurs buts étaient de tuer un maximum d'Elfes lors d’embuscade ou ils ont égalé les troupes Elfes, 
Le seigneur les payés en fonction du nombre d'oreilles elfes que chaque mercenaires ramené, certains en cumulés une dizaines !
Après la guerre, un des survivants de ceux qui s'étaient fait appeler la Compagnie des chasseurs d'oreilles, décida alors que les autres profitait gracieusement de l'argent gagné, de continué le métier de mercenaire, Il regroupa des nouveaux compagnons, la plupart d'entre eux préférant agir seul ou en petit groupe pour des missions que peux de personnes accepterait,



Hangrels


Hangrels était un jeune homme d'une vingtaine d'année, il était le fils d'un des membres de la Compagnie des chasseurs d'oreilles,
Ce jour là, il avait pour mission de bouter hors des terres d'un noble qui l'avait engageait, lui et une dizaines d'autres membres de la compagnie, Son nom était Anglus, le seigneur d'un petit manoir situé proche du fleuve Aerog, mais qui tirait profit du passage de nombreuses caravanes de marchand rempli de richesse, qui les dépensé sans compter lorsqu'il passait à l'auberge du Cochon Pourfendu, auberge qui doit une taxe au seigneur Anglus,
Mais depuis peu, des brigands ont attaqué les caravanes de marchands, la richesse qu'il pourrait en tirer serait grande vu les trésors que les brigands ont du rassembler, Le seigneur Anglus ne demandant juste qu'une chose, que ces brigands soit morts, en échange la compagnie pourra avoir toutes les richesse qu'elle désire,
Tangled, une habille archère de la compagnie marchait à coté de lui, sa petite jupette verte ne manquait pas de perturber les sens du jeune Hangrels, lorsqu'elle relevait ses cheveux roux taillés à la garçonne, Hangrels était définitivement perdu dans les pensées ou il s'imaginait dans ses bras
Par contre son oncle, un gros hommes d'une quarantaine avec une barbe mal taillés d'une dizaines de jours, un visage bouffi et des cheveux courts gras et jamais lavés, ne le faisait pas d'effet,


  • Hangrels va en éclaireur devant, on va voir si tu est un bon éclaireur, demanda son oncle en tapotant à l'épaule de son voisin, tout en rigolant, surement pour se moquer du jeune homme qu'il considérait comme fragile et pas apte à faire partit de la compagnie,




Hangrels n'aimait pas ça, il ne pourrait ce plaindre à son père, s'il le faisait, il verrait tout espoir de faire partit de la compagnie disparu, car même son paternel n'aimait pas trop l'idée qu'il combatte, 
Mais s'était la seul occasion que son père lui laissait de faire ces preuves, il ne devait pas tout gâchés,
Le groupe s'éloignait, malgré les gémissement incessant de son oncle, ils étaient désormais comme invisibles et surtout inaudible, 
Un sentier se trouvait pas loin d'ou Hangrels marchait, le but était de marchait à coté de la route pour voir si les brigands ne passeraient pas par là, Mais visiblement il n'y avait toujours rien, seul le sifflement des oiseaux et le bourdonnement des feuilles qui tombaient dans un automne qui montrait le bout de son nez,
Il regard en arrière, il ne voyait personnes, pourtant les autres auraient du être visibles, visiblement il était perdu, 
Le jeune homme avait envie de pleurer, se perdre était une des pires choses qui pouvait lui arriver, comment pouvait t'il gagner la confiance des autres comme ceci ?


Il continua à marchait devant après avoir essuyé quelques larmes, de la fumée s'échappé à gauche de lui, il alla voir, persuadé que les autres iraient eux aussi connaître ce qui se passait là bas,
Il alla d'arbre en arbre, empoignant un des ses javelots qu'il avait lui même fabriqué, 
Devant se trouvé une chaumière, ses murs étaient recouverts de torchis, de la cheminé s'élevait dans le ciel de la fumée,
Il attendit quelque temps, cachait derrière un buissons dont il essaya d'évité les ronces qui lui faisait mal au jambes, ses chausses ne le protégeant pas suffisamment,
Au bout d'un moment il vit quelques hommes arrivé, il était habillés de peaux de bêtes, certains ressemblé à n'importe quel villageois, d'autres portés des gambisons et celui qui devait surement être le chef avait une cote de maille,
Il devait bien sur s'agir des brigands  il lui fallait retrouver les autres, à lui l'honneur d'avoir accompli sa mission, Mais il se souvint qu'il était perdu,
Une abeille vola soudainement autour de lui, la petite bête ne trouva rien d'autres à faire que de se loger dans le nez de Hangrels qui éternua à cause des chatouillements provoqué l'abeille,
Bien sur l'abeille sortit sur le coup du nez du jeune homme, mais 2 brigands arrivait désormais vers lui,
Que devait'il faire ? Partir en courant, il considéra l'option, mais il était bien trop têtu pour ça,
Il sortit de sa cachette, pointa le javelot en l'air et le lança en direction d'un des brigands les plus proche, Le malheureux fut transpercé au thorax par le projectile, il tenait la lance qui l'avait perçait de par en part, puis s'écroula sur le sol ou une marre de sang commencé à le noyer,
L'autre chargea, il était armé d'un bouclier et d'une épée, mais c'était l'archer adverse qui lui faisait peur, Par chance il rata son tir, Hangrels sortit sa hache mais il était trop tard et son ennemi était déjà en contact,
Il fut projetait par le bouclier qui l'avait repoussé par terre, il allait bientôt être achevé, que pouvait'il bien y avoir après la mort ?
Mais une flèche siffla au dessus de lui, pour s'enfoncé dans le coup de la pauvre victime, Libéré, Hangrels pouvait voir que c'était Tangled qui venait de lui sauvait la vie, dommage car Hangrels avait si souvent revé qu'il la délivré de méchant brigands pour ensuite l'embrassé, Voila qui cassé tout son tableau idyllique dans lequel il aurait enfin sa promise,
Son oncle ainsi que 3 autres gars chargeait en direction de la chaumière, armés de hache et d'épée, il trucidé les brigands qui n'avait visiblement pas reçu le moindre entrainement hormis celui de tenir une arme correctement pour faire peur les pauvres marchands,
Hangrels voyait son occasion de prouver sa valeur,
Il chargea lui aussi, mais fut stoppé net par le chef des brigands  il le vit enfin de face, car tout à l'heure il ne l'avait vu que de dos, Sa peaux était verte, il s'agissait d'un Orc,
Il maniait une immense épée, qu'il essaya de plantait dans le corps du jeune homme, mais sans succès  car Hangrels était suffisamment agile pour évitait les coups brusques et lents de son adversaire,
Il s'épuisa à force, lorsqu'il en vit l'occasion, Hangrels frappa avec sa hache en direction du crane de l'Orc,
La hache resta tellement bien coincer que Hangrels s'y reprit à 3 fois avant de réussir à retirer la hache en utilisant la force de ses deux mains, Bien que ce ne fut pas lui qui la retira mais son oncle en ayant eu besoin que d'une seul main,


  • Il faudra t'endurcir encore un peu mon ptit, lui lança son oncle en lui ébouriffant ses cheveux bouclés,
    Hangrels sentait qu'il avait réussi, maintenant il pouvait être un vrai Chasseur d'Oreilles, il ne lui manquait que de réussir à gagner le cœur de Tangled !




Organisation millitaire du Royaume d'alysthia




  1. Les Aerogs





Les Aerogs est le nom donné à l'armée d'Elite du Roi,
Après la guerre civile provoqué par l'ordre du Marteau Rouge, le nouveau roi savait que son pouvoir était faible, car il était bien trop dépendant des ordres milliaires,
Il fit en sorte que leurs pouvoir était affaibli par la création d'une armée professionnels sous les seuls ordres du roi,
Cette armée compte dix milles hommes professionnels, parmi les mieux équipés du royaume, elle est utilisé en dernier recours, ou lorsque le Roi ou une personnes de la famille royale part en campagne,
Avec près de deux milles chevaliers lourd et huit milles hommes d'infanterie, jamais cette armée n'a connu la défaite,
Le chef de l'armée est bien sur le roi, mais il a un second qui est nommée au rang de Maréchal, bien souvent c'est au Marechal que revient l'ordre de conduire l'armée au nom du Roi,




  1. Le Gué





Les soldats du Gué sont les milices des principales villes du Royaume, la plupart du temps il sont recrutés parmi le bas peuple, armée d'une arbalète ou d'une vouge dans la plupart des cas, leurs équipements peut varier selon les régions,
Leurs missions est de garder les villes intact de toutes agresseur et principalement de faire régner la loi dans celle-ci,




  1. Les provinciaux





C'est le nom donné au soldats sous les ordres de leurs Comté respectifs, ils ont en charge la protections des terres de leurs Comte, Barons ou n'importe qu'elles seigneurs auquel ils doivent obéir,
Cela va du simple paysans appelé à la guerre et armée sommairement  au chevaliers ayant un lopin de terre et qui s'en va faire son devoir,
Ce types d'armée est le plus présent dans le royaume, car il est utilisé dans toutes les terres d'Alysthia, Chaque Comte pouvant à tout moment levait une armée s'il en juge nécessaire,




  1. Les ordres Milliaires





Plusieurs ordres militaires sont en activités dans le Royaume d'Alysthia, que ce soit pour surveiller des sites sacrés ou protéger des membres du clergé,
Il sont souvent sous aucune obligation envers le royaume, mais la plupart des ordres on vu leurs puissances décroître après la tentative de l'ordre du Marteau Rouge de prendre le pouvoirs,
Bien souvent ils sont organisé avec une base de soldats d'élite, bien entraînés et bien équipés ; puis de serviteurs armées de ce qu'il reste dans l'armurerie.




  1. Les compagnies de mercenaires





Les mercenaires sont bien souvent présent en Grandes Compagnie pouvant allait jusqu'à un milliers de soldats, ils cherchent quiconque voudra bien les payer pour leurs services,
Ils ce regroupe souvent en spécialité, comme les Chasseurs d'Oreilles qui sont maîtres dans l'art de l'embuscade ; ou les Hoerns, une compagnie de soldats tous équipés de hache et bouclier, la plupart de leurs membres étant des Nains.


Histoire de ce qui c'est passé après le gn du mariage:


********************************************

Achos regarda la mer qui était si tranquille, la lune se couchait, le jour viendra bientôt et cet longue nuit fera enfin place au jour.
Achos était un jeune homme de 21 ans, fait récemment chevalier, venant de la maison Fascor, ayant quelques terres proche de Savamer.
Il avait des cheveux longs et blond, un petit nez et une petite bouche,  mais malgré tout il était assez musclé pour son âge, beaucoup disait de lui qu'il avait quelque disproportion.

Les vagues frappaient la tour, situe à une dizaine de mètre du rivage, cet eau était sans danger, à coté de lui le port d'Accompagna était calme, quelques matelots s'affairaient déjà à préparer quelques marchandises. 
Quand le jour viendra, il pourra ce reposer, son service sera fini, il imaginé déjà le lendemain ou il retournerait à l'auberge de "la belle fille", ou il rirait avec ses amis, ou il pourra boire juste avant que son service ne commence.

Devant lui quelques chose clochait, des ombres se dessinait dans le calme plat de la mer. Des dizaines d'ombres noires s'avançaient, bien plus maintenant.
Il fallait sonner l'alarme, une attaque était peut être à l'ouvre, surement que ce ne serait rien, mais dans le doute.
- Ghiscar, dit à tout les hommes de se tenir prêt. Dit Achos à l'arbalétrier situé à coté de lui qui partit aussitôt.
Achos prit une longue vue, visa une des chaloupe, des hommes armés d'arcs, de hallebardes, de haches et d'épées s'y trouvait. Il s'agissait bien d'une attaque.
Alors l'alarme pris d'autres proportions, bientôt la ville entière accorerait pour repousser cet envahisseurs, peut importe de qui il s'agissait.
Sur ordre d'Achos, les arbalétriers de la tour du destin firent feu, leurs tirs étaient encore trop peu efficaces, surtout en raisons de la nuit.
La tour du Destin et la tour du nouveau Monde était chacune équipés d'une baliste, leurs boulets de pierre parfaitement poli avait fait mouche, coulant deux fragile chaloupe, ils firent une nouvelles fois feu, et encore, noyant les malheureux ennemis qui pour la plupart ne savait pas nageait.
Achos entendait leurs cris de désespoir, mais qu'importe, il devait mourir pour la défense de la ville.
Mais l'ennemi arriva au port, les défenseurs était trop peu nombreux, Achos partit de sa tour, rejoignit les soldats déjà sur place en attendant les renforts.
Une douzaine de gardes avec bouclier s'y trouvaient, Achos prit son épée, il regretta à ce moment de ne pas avoir son armure, il n'avait pas de bouclier non plus!

Les ennemis était bien plus nombreux, malgré la tentative de Achos d'avoir une formation cohérente, les miliciens l'avaient déjà rompus pour se battre chacun de leur coté, Achos fut bien obligé de faire de même.
Son première ennemis, un hallebardier tenta de foncer sur lui, le jeune homme tenta désespérément de parer son coup, mais il était bien trop puissant vu son arme, comparé à son épée. Il réussi tout de même à ne pas finir transpercé, mais tomba par terre.
Par chance son ennemi n'eut pas le temps de se relevait qu'un soldat, armé d'une masse, lui fractura le crane, les pics de l'arme avait fracassait son crane et le milicien qui avait l'avait tué sortit de sa cervelle, la masse.
Le sang dégoulina jusqu'à Achos, le jeune homme en fut dégoûté  il vomit tout ses boyaux, jusqu'à se qu'il fut en état de reprendre le combat.

Il décida de ne plus se laissait faire, un ennemi arriva vers lui, il esquiva sa hache, frappa pile sur sa maille, le choc le fit plié, mais il n'était que touché, pas même blessé. Il ne fallait surtout pas pour Achos qu'il eut le temps de se remettre de ses blessures. Achos frappa bien à son dos, avec le tranchant de l'arme, mais la maille évita encore un coup mortel, alors il s'assura de la mort de l'ennemi, en embrochant la lame sur son coup qui s’ensanglanta aussitôt.

Des soldats arrivaient, il vit avec eux le capitaine, Alirah, un homme d'une trentaine d'année, portant de long cheveux noirs, des oreilles quelques peu pointus à cause de ses origines elfes, une armure de maille et un tabards bleu typique des hommes du Gué.
La bataille était gagné!



Le trône de Mitoa paraissait bien vide, plus aucun des prétendants était en vie, Queriar avait bien fait son oeuvre, ou pas!
Un coup fit fracassait le toit, un trébuchet avait du faire mouche.
L'attaque du soir n'était qu'un leurre, l'ennemi n'avait était qu'une centaines, le but était de cacher l'avancé des troupes jusqu'à la principal ville de Mitoa.
Les ennemis était les hommes de Borgan, venu pour la plupart de ses terres de Croston, d'autres était des mercenaires, ou des soldats venu des terres qu'il avait pu soumettre sur sa route, mais Alirah n'aurait jamais pensé qu'il se serait attaqué à Accompagna.
Son devoir il le connaissait, préserver la paix du Roi, voici ce qu"il avait juré, il était un homme de parole, du moins s’obstinait t'il à l'être.
tant que le Roi n'avait rien décidé, il fallait sauver cet ville, il avait pour cela la tête de 500 soldats du Gué, plus les miliciens et d'autres chevaliers et soldats venu en exil dans la ville pour fuir la guerre, soit prêt de deux milles hommes.

Borgan en comptait surement  quatre milles, ou mêmes cinq milles, dans tout lex cas, le nombres désavantageait les défenseurs.
Quatre batterie de chacune trois trébuchait avaient été installés, une en direction du Château rouge, la place centrale de la ville ou se situés le trône et toute la noblesse. Mais devant l’épaisseur des murs, leurs tirs étaient voués à l’échec.
Les autres étaient situés vers la porte Nouvelles, et la dernières commencés à être installés en direction de la porte Sud, la ou les défenses était les plus fragiles.

Sur les deux milles hommes à sa dispositions, Alirah les avaient divisés en quatre équipes, une de réserves, une pour la protection au matin, une de l’après midi, et une pour le soir; de sorte d'avoir toujours des soldats frais et dispo à n'importe qu'elle moment.

Le matin avait vu les préparatifs au siège, sous les yeux impuissant des soldats regardant depuis les murs, par chance les hommes de Borgan n'avaient pas de vrai flotte de guerre, les réapprovisionnement était assurés. La famine était en général l'arme la plus meurtrières de l’assiégeant, mais il ne restait que le nombre à Borgan pour gagner, il devait surement être conscient de ce fait et doit donc s'attendre à subir de lourde pertes.

Pendant trois jours, les trébuchets firent feu, leurs nombres de douzes furent réduits à dix après la contre attaque des balistes, mais les ennemis prirent de suites bien soin de les faire protégés par des tranchés.

Une fois le quatrièmes jour de siège passait, le premiers assaut arriva, trois tours de sièges avait était construit, plus un grand nombre d’échelles.
Alirah surveillait les moindres détails de la bataille, prêt à agir de suite là ou il le faudrait.
Pendant ce temps, Achos était sur les murs, défendant sa vie contre les ennemis.
Une des tours fut détruites par les tirs combinés des baliste, mais au bouts d'une heure d'effort, l'une des tours de siège arriva sur les murs, l'autre eu un incident qui la fit rester sur place.
Les ennemis tentait de prendre les murs, depuis les positions de tirs protégeaient de mangonneaux, les archers et arbalétriers harcelaient les défenseurs, qui eux répliquait malgré leurs faibles nombres.
Achos tua trois ennemis ce jours-ci, un qu'il tua en lui enfonçant son épée dans la gorge, alors qu'il était sur le point de prendre pieds sur le mur. Un second en lui enfonçant le bouclier sur son oeil si profondément, que l'oeil resta coincé sur la pointe de l'écu, Achos en fut bien dégoûté de l'enlevait. 
Le troisième fut tué de plusieurs coup d'épée.
Les défenseurs, après quatre heures de combats repoussèrent les attaquants, mais des attaques comme celle ci, il y en aurait surement tout les jours.

Le soir, Alirah invita Achos dans sa chambre, les deux hommes ce connaissaient depuis un moment, avant même le siège de la vile.
ils avaient tout les deux besoin de prendre du bon temps, et ils en abusèrent lors du soir du quatrième jour, l'ont pouvait surement dire que les deux hommes avaient des sentiments l'un pour l'autre, mais peut être que c'était plus que ça, de l'amour peut être?

Le cinquième jour, le sixième et me septième virent des assauts similaires; une centaines d'hommes étaient tombés, au moins cinq cents du coté adverses, mais Borgan était tenace.

Lors du sixième jour, un bélier adverse arriva jusqu'à la porte Nouvelle, les balistes n'ayant pas réussi à le détruire avant l'arrivé jusqu'à la porte. Mais les défenseurs abusèrent de l'huile bouillante sur les attaquants, brûlants et dévisageant les malheureux qui se tordaient de douleur. Pour les survivants, ils seraient brûles à vie, à peine reconnaissable pour les plus chanceux.

Des prisonniers furent fait durant les combats, certains furent envoyés au Château Rouge, mais Alirah fut incapable d’empêché les soldats de faire les exactions sur les autres prisonniers beaucoup moins chanceux.
Ces derniers durent connaitre les joie du viol dans les prisons, des pendaisons en place public, des tortures ou les victimes s'évanouissait avant même de mourir devant la population affable de souffrance de ceux qui les assiégeait.
Alirah en fut bien incapable de les contrôler, s'il le tentait il pourrait compromettre son autorité, il laissa donc ces exactions commises pour calmer la foule et garder le moral chez ses troupes.



Le septième jour de siège ne vit aucune bataille, aucune tentative d’affaiblir les défenses, de détruire la porte Nouvelle ou quoi que ce soit d'autres. Juste un calme plat, certains y voyaient une chance, les pessimiste se demandaient ce que l'ennemi pouvaient bien préparer.

Malgré six jours de tirs intensifs, les trébuchets avaient à peine égratigné les murs de plus de 3 mètres d’épaisseur  quelque chose devait bien se préparer.

Alirah était assis sur le trône du comte, une place vacante qui ne demandé qu'à être prise, il avait reçu de l'ancien Comte de Mitoa l'ordre de régner sur la ville en son absence, maintenant qu'il n'y avait plus personnes pour y siégeait  il garderait la place au chaud.

Malgré le travail que demandé la défense de la ville, Alirah accepté plusieurs doléance tous les jours, la plupart était pour le manque de nourriture, même si la mer s'occupait du réapprovisionnement.

Un vieil homme arriva, la barbe grisonnante et les cheveux tombant presque par terre, ses jambes peiné à marcher sur les dalles de briques.
Il réussi pourtant à s'incliner devant Alirah, bien qu'avec peine.

- Ser, Voici 4 jours que des démons frappent à ma maison, tous les jours et soirs j'entend leurs bruits s'approchaient. Dit le vieil homme

- Et ou habitez vous? Demanda Alirah faisant mine de s’intéresser à ses histoires à dormir debout.

- Dans une cave, ou mon fils m'a logé, juste contre les murs, prêt de la porte sud, vous devriez venir entendre, tout ceci est maléfique, avant quand j'étais dans ma maison à la Plaza, il n'y avait rien de tout ceci. Ce plaignit le vieillard.

Le capitaine était perplexe, car il avait déjà entendu parlé d'une histoire similaire le jour d'avant, par une jeune femme habitant elle aussi proche des murs situés au sud de la ville.
Il ne s'agissait peut être de rien, mais dans le doute il lui faudrait y faire un tour.

Il partit, suivant le vieillard et accompagné seulement d'Achos, les deux hommes avancèrent mains dans la main à travers l'avenue de l'Aerog, empruntèrent la porte intérieur pour descendre jusqu'à la porte sud en passant à coté du port et de l'autel d'Alros, le dieux du commerce.
Le vieillard eu plusieurs fois besoin d'aide pour marché, mais Achos le releva lorsqu'il était nécessaire.

Le malheureux vivait avant le siège dans le quartier de Plaza, abandonnait car il était à l'extérieur de la muraille encerclant la ville. Maintenant il était à une centaine de mètre de chez lui, dans une maison de 3 étages, coincés sur le bord d'une portion de la muraille.

La porte en bois grinça lorsque le fils du vieillard l'ouvrit, il fut d'abord étonné de l'arrivé du capitaine, puis s'y fit pour continuer son travail
La cave avait était aménagé avec juste un lit de bois, recouvert d'un sommier de paille.
Rien n'était audible, Alirah mit son oreilles sur le mur, des vibrassions était maintenant audible, des murmures aussi, semblable à des souffles.
Quelques choses se passait, maintenant il en était sur, et cette chose venait de Plaza.

- Qui a t'il? Demanda Achos.

- Combien d'hommes à disposé Borgan devant la porte Sud? Demanda Alirah.

- Environ mille hommes. Répondit Achos.

- Rassemble cinq cent hommes ce soir, il semble que l'on tente de zapper nos murs, il faut les en empêché avant qu'il ne soit trop tard!

Alirah venait de passer la porte Sud, la moitié des cinq cents hommes rassemblés pour la sortie l'accompagné.
Ils iraient en deux vagues, la première pour faire le plus de dégâts en profitant la surprise, la seconde menait par Achos chercherait les tunnels d'ou l'ennemis opèrent, ainsi qu'aider les autres soldats à se battre.

La nuit était calme, tous marchaient à pas de loup, dès qu'ils furent suffisamment proche, ils chargèrent.
C'est avec un cris de fureur qu'ils réveillèrent ceux qui dormèrent et firent trésaillé de terreur les gardes.  
Alirah, armé d'une épée batarde, la pris à deux mains et fit volés en éclat la cervelle d'un malheureux gardes, il en retira l'épée toute dégoulinant de sang, des morceaux de cervelles se déversèrent par terre en même temps que la victime.

Des torches brûlèrent vifs ceux qui restèrent dans les tentes, mais la plupart avaient élus domicile dans les habitations de la Plaza.
Les combats de rues firent rage, au son du cor, la deuxième vague arriva, balayant la résistance.
Des lignes de boucliers firent face à ceux qui n'étaient que faiblement armés à la hâte après le réveil soudain, plusieurs bâtiments furent déjà investi et il fallait se dépêcher pour trouver le tunnel.

Achos arriva au combat armé d'une masse pointu et d'un bouclier, sa masse alla s’enfoncer dans le nez d'un homme en gambison blanc, qui devint rouge de sang après que son visage fut pulvérisé, il ne restait que les yeux de visible, la bouche et le nez ayant disparu sous le choc.
Achos lui fit un second coup, bien décidé à ne pas le laissé vivre.

Le jeune homme vit son amant se faire attaquer, il se battait contre plusieurs adversaires à la fois, un carreau d'arbalète alla se planter dans l'estomac d'un des attaquant, Achos reconnu le tireur, il s'agissait de Ghiscar.
Avec sa masse, il alla l'aidé, frappant de toute ses forces le dos d'un des ennemis, qui alla se jetait par terre à cause de la douleur, l'écu de Achos s'occupa de l'achevé en le frappant à plusieurs reprise sur le visage.

Alirah éventra un autre adversaire, dont les boyaux dégoulinait de son ventre, du liquide s'en échappa, la vue fut trop dur pour le petit coeur de Achos.

Mais la bataille n'était pas gagné, il resté encore le tunnel. Alirah partit vers une bâtisse de bois, elle était défendu par un hallebardier qui tenta de le repousser, mais Alirah réussi à bloquer son coup, une fois à porter, il laissa tomber son épée pour sortir une dague et égorgea l'adversaire, le sang éclaboussa le visage du capitaine.

Depuis une fenêtre, il regarda la bataille, des centaines de combats isolés, un véritable carnage.
Un drapeau blanc fut planté sur un bâtiment, symbole qui désignait le bâtiment recherché, la bataille se finirait enfin!

Mais le feu Gregeois qui devait reboucher le tunnel avec l'explosion n'arriva pas à sa destination, à la place il détruisit tout ce qui se trouvé à une dizaine de mètres de l'équipe portant l'arme meurtrières.

Les cris désespéré des brûlés furent audible du bâtiment ou se trouvait Alirah.

La raison qui fit exploser le Gregeois resta un mystère, mais il empêcha la mission de réussir, maintenant il ne restait qu'à battre en retraite.



Depuis deux jours les attaques avaient repris, l'échec de la sortie avait mis le moral à zéro, cela malgré les pertes ennemis comparé à ceux qu'avait subit ses troupes.
Le tunnel se rapprochait toujours de plus en plus, l'ennemi savait bien que le point faible de la ville était les murs de la porte Sud, ses attaques sur les autres fortifications avaient été des diversions pour occuper ailleurs les défenseurs.

Alirah était parti prier au sanctuaire de Tesar, le dieu de la Guerre. Le bâtiment était un cercle entourés de douze colonne, symbole des douze grandes victoires de Aerog sur les Démons.
Plusieurs prêtres habillés de tunique rouge narrait les exploits du dieu qui permit à de puissants guerriers de vaincre leurs ennemis.
Alirah vit vers lui venir un de ces prêtres, il avait une barbe grisonnante, le crane entièrement rasé. 
En arrivant vers lui, il raconta comment un guerrier du nom de Samargoas vainquit une armée entière de l'époque d'avant la conquêtes d'Alysthia, une légende parmi tant d'autres.
Alirah n'y croyait plus à ses sornettes, la défaite d'avant hier en était la preuve, Tesar n'était pas de leur coté, sinon il lui aurait donné la victoire.

Des explosions s’entendirent soudainement de loin, les batteries de Trébuchet avait de nouveaux fait feu.

Le reste de la journée vit les visites de toutes les tours de la ville, pour redonner le moral aux défenseurs, en espérant qu'il résisterait.

A la garnison près du Château Rouge, des soldats entraînait d'autres hommes à se battre, des paysans, des Palefreniers, tout des hommes qui n'avaient rien à faire à la guerre, mais il fallait bien remplacer les morts tombés aux combats.

Alirah était maintenant à l'une des tour protégeant la porte Intérieur, il parlait un peu au soldats, mais c'est à ce moment qu'une portion du mur, près de la porte Sud céda.
Une explosions, surement provoqué par des mines placés en dessous du tunnel, bientôt les attaquants s'y déverserait tels l'eau qui entre dans une grotte.
Il fallait réunir le plus d'hommes possible!



Devant la surprise du à la rapidité avec lequel les ennemis ont détruit le murs, la défenses avait eu du mal à être efficaces, et maintenant il était trop tard.

Au delà de la porte Intérieur, la porte nouvelle était tombés il y a près d'une heure, ainsi que tout les tours du premier niveau de défenses, seul la tour du Nouveau Monde tenait encore grâce à une bande d’arbalétriers qui déversait leurs carreaux à quiconque voulait prendre leurs tour.

Alirah était déjà arrivé à l'Hotel d'Alros que tout était perdu, il tentait encore de combattre les soldats de Borgan dans les étroits quartiers entre le port et la Porte Intérieur.
Tout en sachant que ceux qui venait de la porte Nouvelle viendrait des qu'il en auront fini avec les piquiers de Fasight, qui avait pour l'instant repoussait chaque assaut, les piques de 3 mètres de long ayant était redoutable dans les espaces restreint de la ville.

Avec son bouclier, Alirah para plusieurs coup, ses camarades à coté faisait de même, répliquant de temps en temps, parfois avec de la chance, il touchait quelques membres.

La défense du port était âpres, il s'agissait du dernier échappatoires pour sortir d'Accompagna, si le port était pris, la faim s'occuperait des défenseurs qui se retrancherait au second et dernier niveau de défense.
Il ne resterais alors que deux choix, mourir vaillamment ou se rendre.

Achos arriva vers Alirah, il tenta avec une dizaine d'hommes de prendre un groupe d'ennemis par le flanc, en sortant d'une maison à coté d'Alirah.
Cela surpris les ennemis, qui virent les murs de boucliers prendre fin, Alirah profita d'un moment d’inattention devant son adversaire en face de lui pour lui coupait la main, qui tomba par terre, le sang gicla de son moignon, le pauvre hurla de douleur, regardant son membre perdu.

Mais déjà des renforts ennemis arrivèrent, Alirah réorganisa ses troupes partit à droite et à gauche achever ceux qui avait abandonné la formation et était donc devenu des proie facile.

Le capitaine n'eut pas le temps de rejoindre le murs de bouclier qu'il se prit un carreau d’arbalète à la jambe, il n'eut la vie sauve que grâce ) Achos qui partit le traînait derrière les boucliers avant que les ennemis n'était suffisamment proche pour le tuer.

Le jeune homme demanda de sonner la retraite, mais Alirah était bien décidé à tenir encore un peu plus longtemps.

Du sang sortait de sa blessures, Achos cassa le carreau et partit chercher un médecin.

Des flammes éclaircissait la nuit, venant des quartiers en proie soit au combats, soit au pillage et au viol pour ceux étant au mains de l'ennemi.

Maintenant qu'il était blessé  il vit à quel point le combat l'avait épuisait car toute rage de vaincre l'avait abandonné.

La nuit était si longue, tant de morts, peut être aussi beaucoup de naissance futur avec tout les viols qui devaient avoir lieu en se moment même.

Achos revint avec un médecin et deux soldats du gué, qui le firent partir du combat, Alirah étant bien trop las pour protester désormais.

il leurs fallut près d'une heure pour le ramener au Château Rouge, malgré qu'on le soigné, il voulait être informé.

Ce qu'on lui dit était mauvais, Farsigh était mort, avec lui les piquiers avait rompu le combat et fuit vers la porte Intérieur.
  
Un chevalier aurait aussi rassemblé près de la moitié des défenseurs vers une sortis pour reprendre le port, afin de fuir la ville.
Si cela était vrai, la ville serait prise à l'aube.

La blessure fut soignés au bout de deux longues heures, du lait de pavots atténua la douleur, alors qu'Alirah partit vers le trône, attendant sa mort quand Brogan arrivera avec ses hommes.

Achos devait surement organisait la défense, du moins avec ceux qui ne c'était n'y rendu, n'y avait fuit en prenant les navires.

Les combats ce rapprochait, il l'entendait de plus en plus, des coups d'épées, il en était certains.

La porte s'ouvrit brusquement, une dizaines d'hommes en cottes de maille et des capes blanches se présentaires devant Alirah, ensuite arriva un grand guerrier avec lui aussi une cotte de maille et une cape blanche, ainsi qu'un bouclier blanc.


Alirah crut rêver, leurs équipements étaient en partis semblables au Aerogs, l'élites du Roi, mais il ne portait pas de bouclier avec cet étrange emblème, des noeux entrelacés qui donnait une forme qu'il n'avait jamais vu jusqu'alors.


- Vous êtes celui qui commande ici? Demanda celui qui avait un bouclier.


- Oui, répondit Alirah.


Achos arriva à coté de l'homme au bouclier et embrassa Alirah.


- Nous avons gagné, dit Achos dans un soupir de joie.


Qui était les sauveurs de la ville? Alirah appris d'Achos tout se qui c'était passé durant son absence.


Quand les déserteurs voulurent partir vers les navires, les combats de rues avait décuplé, personnes ne fit attention au navires qui approchaient de la ville.


Ces navires étaient remplis de soldats, près de quatre milles hommes, la plupart débarquèrent au sud de la ville, en dehors des murs, d'autres directement au port.


Les bruits d'épées qu'avait entendu Alirah était ceux des combats à l'extérieur de ville, là ou d'autres renforts avaient débarqués au nord pour couper la retraite à Borgan, malheureusement il avait fui, mais son armée était en déroute.


Les nouveaux arrivants étaient un ordre religieux, il venait de l'autre continent. Ils expliquèrent leurs missions, celle de convertir les habitants d'alysthia à leurs croyances du Père et de la Mère, créateurs de la race humaines!


Le lendemain, Alirah s'y convertit, peut être pour les remercier, peut être en défi face au dieux qui ne l'avaient pas aidé jusque là.









avatar
Berenor
Membre

Messages : 1368
Date d'inscription : 09/11/2011
Age : 26

Voir le profil de l'utilisateur http://berenor.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Résumé histoire d'alysthia

Message par rumpeultinskin le Lun 21 Avr - 16:47

j'ai lu que 2 mots après j'ai passer c'est long!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!  affraid 
(celui qui lit tout doit dormir a la fin) Sleep
avatar
rumpeultinskin
Membre

Messages : 27
Date d'inscription : 09/11/2013
Age : 16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum