Just a drop of blood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Just a drop of blood

Message par Alassea le Mar 25 Mar - 20:31

Certains se demandent d'où viens notre inimitié entre Arakady et moi, cette haine viscérale. Je m'en vais vous l'expliquer, de façon aussi neutre que possible, car peu m'importe que vous preniez mon parti ou celui de cet imbécile d'Arakady, de toute façon, vous n’êtes certainement pas russe de pur souche.
Enfin, voila mon histoire:


Je m’apprêtais a pousser la porte quand des éclats de voix retentirent. Il ne m'en fallut pas plus pour comprendre que mon idiote de mère non russe avait encore commit une bavure et que mon père la remettait en toute logique a sa place. J'entrais dans la pièce et lançais un regard plein de dédain a ma mère. Mon père se tourna en entendant la porte grincer, son regard furieux s’adoucit aussitôt en me voyant.
"Tu as besoin de quelque chose Viktor?"
Je lui sourit
"Je voulais juste demander la permission de sortir."
Répondis-je. Mon père hocha la tête et je sortis. Devant la maison, le fils du voisin parlait avec son ami. Je me plantais face a eux:
"Fichez le camp, vous polluez le pallier, vermines de non-russes!"
Mon voisin s’écarta, mais son ami se redressa et s’apprêta a me tenir tête. Fort heureusement pour lui, le voisin le tira par la manche. Lui savait qu'il ne valait mieux pas se frotter a moi qui suit un vampire russe, quand on est un humain non-russe.
Je continuais mon chemin et aperçus un groupe de jeunes. Mon cœur manqua un battement. C’était l’élite, un groupe compose uniquement de russes pur souches, prônant la supériorité des russes. Autant dire que je rêvais d’intégrer ce groupe. Mais les sang non russe de ma mère qui coulait dans mes veines m’avais toujours dissuade d'essayer de les approcher.
"Toujours a me gêner celle la, même quand elle n'est pas la"
Pestai-je en observant la scène. Ils crachaient un flot d'insultes sur un jeune non russe qui s’empressait de passer son chemin. Soudain, l'un d'eux tourna la tête vers moi.
"Qu'est ce que tu regardes?"
Aboya t-il. J’hésitais un instant avant de tenter un pas en avant.
"Je..."
"Fiche le camp!"
Siffla t-il. Je n'insistais pas et battit en retraite. Alors que je tournais les talons, j'entendis des pas précipités, et un cris:
"Demi russe! Sang souillé!"
En lançant un regard par dessus mon épaule, j’aperçus une fille qui s’était mise en tête de groupe et s’était redressée de tout son haut en me lançant un regard supérieur. Elle avait des cheveux blond très clairs, presque blancs,qui descendaient jusqu’à ses épaules, et une fine mèche, du cote gauche, tout a fait blanche. Ses yeux étaient bleu, mais semblaient presque violet clair.
Le groupe reprit son chemin, elle resta la un moment encore, comme pour s'assurer que je n'essayait pas de les suivre, avant de les rejoindre.
Je marchais, l'allure fière, hors de question de laisser croire que j’étais abattu. J’aperçus alors de jeunes non russes qui jouaient ensemble. L'un d'eux dut sentir mon regard car il me lança un regard hautain.
"N'imagine même pas te joindre a nous!"
Je lui lançais un regard venimeux
"Moi? Jouer avec vous? Réfléchis une seule seconde si ton petit cerveau de non russe en et capable! Jamais, Oh grand jamais, je n'irais côtoyer des larves comme vous!"
Sur ce, je passais mon chemin sans daigner leur lancer ne serait-ce qu'un regard charge de dédain.
Je finis par m’asseoir, maudissant ma mère. Si cela avait put être de quelqu'utilité, j’aurais ouvert mes veine pour en vider tous le sang impurs, et ne garder que le russe. Mais les choses ne marchaient pas comme ça.
"Vik'! Hey! Viki, par ici!"
Je levais la tête pour apercevoir un type, plus vieux que moi, cheveux châtains coiffes en bataille, le regard brûlant d'aventure, bref, Arakady.
"Je m’appelle Viktor"
Grommelais-je. Je n'avais encore rien contre lui, c’était un pur-russe. Peu m'importais que ne soit pas un vampire sang pur mais aristocrate, c’était le sang russe qui m'intéraissait. Cependant, je n’appréciais pas vraiment qu'on écorche mon nom.
"Rooh, allez, on est toujours plus proches quand on se donne des surnoms"
Je lui lançais un regard en coin. Il s'assit a cote de moi. Je le fixais, hébété. Comment pouvait il être aussi a l'aise et se comporter comme avec un ami de longue date alors qu'on ne s’était jamais parlé?
"Qu'est ce que tu veux?"
S'il venait, comme ça, alors qu'on ne se connaissait que de vue, il devait bien y avoir une raison non? Mais il haussa les épaules
"Rien de spécial, juste parler. T’étais la, tout seul"
Je me vexais
"Pas besoin d'avoir de la compassion, je me fiche d’être seul!"
Arakady sourit
"J'ai jamais prétendu le contraire, je voulais juste passer un peu de temps avec toi, on s'est jamais parle."
Il continua a parler le reste du temps. Au début, il menait plutôt un monologue, mais je finis par me laisser aller a lui parler. Il était un peu trop direct, mais était de bonne compagnie.
On se retrouva le lendemain, et le surlendemain encore, et, croyez le ou non, mais on a finit par devenir amis. Tant de journées passées a rire ensemble, a parler, lutter amicalement. Luttes qu'il gagnait toujours, car il s’entraîne au combat depuis tout jeune dans ses rêves d'action et d'aventures.




J'entrais, derrière moi, Arakady lançait des coups d’œil tout autour de lui.
"C'est immense chez toi! Je m'y perdrais! Comment tu fais pour vivre ici?"
Je haussais les épaules
"J'ai toujours connus ça, ça me parait normal, par contre, je me sentirais vite a l’étroit chez toi!"
Je me dirigeais vers une autre pièce. Mon père et ma mère, assis face a face, bavardaient paisiblement. Ce spectacle me troubla un instant, d'habitude mon père ne perdait pas de temps avec ma mère.
Soudain, mon père tourna la tête.
"Chéri!"
Il sembla a peine remarquer la présence d'Arakady et vint me saluer chaleureusement. Arakady ne s'en offusqua pas, il avait déjà eu l'occasion de noter l'affection débordante que me témoignait mon père.
Quand il sembla enfin se rendre compte de la présence d'Arakady, il le salua d'un signe de tête formel, mais son regard trahissait sa sympathie.
Quand il se retourna et aperçut ma mère, qui était encore assise, il s'agaça.
"Hé bien! N'as tu pas mieux a faire que de rester assise la! Crois tu que je t'acceptes, non-russe que tu es, sous mon toit pour que tu regarde le temps passer?"
Sa réaction m'apaisa, finalement, rien n'avait changé.




Ma mère poussa la porte de ma chambre
"Bonne journée les garçons!"
Le "bonne journée" d'Arakady se perdit dans ma réponse acerbe
"Reste ou tu es, ne viens pas polluer ma chambre!"
Ma mère me lança un regard blesse avant d'incliner la tête
"Si vous avez besoin de quoi que ce soit..."
Puis, elle sortit. Quand la porte fut fermée derrière elle, Arakady me lança un regard désapprobateur
"Tu sais Vik', je ne t'ai jamais reproche son racisme, mais la c'est un peu excessif non?"
Je lui lançait aussitôt un regard assassin
"Et toi tu es peut être un peu trop tolérant!"
Sifflais-je. Mais malgré mon ton agressif, Arakady ne se départit pas de son calme.
"Peut être le suis-je trop, certes. Mais, Viktor, c'est ta mère! Sans elle, tu ne serais pas là!"
Je haussais les épaules
"Sans SON sang dans les veines, les autres ne ne traiteraient pas de demi-russes, et je pourrais rejoindre leur groupe!"
Arakady me lança un regard que je crus percevoir comme blessé
"Et tu n'aurais jamais été seul ce jour la, je ne serais las venu te parler, et on ne serais jamais devenus amis. Tu me mépriserais même parce que je traîne avec des non-russes."
J'ouvris la  bouche pour répliquer, mais, à court de mots, je ne dis rien et la refermais. Puis, après un moment de silence, je rétorquais d'un ton sans appel
"Ce n'est pas une russe, elle ne mérite aucun respect!"
Avant de me coucher. Je sentis le poids du regard d'Arakady sur mes épaules pendant un moment, puis, il tenta
"Tu aimes quelqu'un?"
Tentatives pitoyable de changer de sujet de conversation et détendre l’atmosphère, mais j'aimais trop Arakady (amicalement je tiens a préciser) pour ne pas rentrer dans son jeu
"Non, et toi?"
Il secoua négativement la tête. Je souris et lançais
"Il y a pourtant une fille à qui tu plais beaucoup"
Il me lança un regard surpris
"Tu as remarqué?"
Je ris
"Comment ne pas remarquer? Elle te dévore du regard dés qu'elle te vois, et c'est la seule qui ose venir te parler quand tu es avec moi sans essayer de te prendre a part! Elle a même essaye de sympathiser avec moi!"
Il grimaça
"Je pensais que tu ne t'en serais pas aperçut, comme..."
Il hésita, je compris a l'expression de son visage que ce qu'il allait dire était censé ne pas me plaire, je me préparais à encaisser le choc.
"Comme elle n'est pas russe, je pensais que tu ne lui aurais prêté aucune attention..."
Je clignais des yeux. C’était tout? Pas de quoi être gêné de me l'avouer!
"En temps normal oui, mais là c'est à toi qu'elle s’intéresse, alors forcement j'y fait plus attention!"
Il me regarda un instant, je dis alors avant lui ce qu'il comptait me dire
"Tu l'aimes aussi hein?"
Il hocha la tête
"Je... Ça ne va rien changer hein? Je veux dire... Elle n'est pas russe..."
Je regardais Arakady droit dans les yeux
"Tu es un pur-russe, ton devoir et d'assurer la pureté de ta descendance..."
Je fermais les yeux et inspirait profondément, mes prochains mots me coûtaient beaucoup
"Mais l'important c'est que tu sois heureux, et en tant qu'ami, mon devoir est de m'en assurer. Si tu l'aimes, alors c'est parfait!"
Son regard s'illumina
"Tu es vraiment le meilleur ami dont on puisse rêver Viki, peut importe ce que les autres disent, je connais peut de gens qui seraient capable de passer outre leurs idéaux au nom de l’amitié"
Je lui tournais le dos sans répondre pour lui cacher que je rougissait
"Bonne journée"
Il bâilla
"Bonne journée"
Répondit il avant de se coucher. Nous nous endormîmes tous deux bien vite.






Je fixais silencieusement la lune en attendant Arakady, quand, soudain, des éclats de voix retentirent. Je tournais la tête et aperçut les silhouette d'un groupe avançant vers moi. Absorbés dans leur discussion, ils ne me voyaient pas encore, mais cela ne saurait tarder.
"Tiens! Regardez qui est là! Le demi-russe!"
Une fille se détacha du groupe et vint se planter face à moi
"Je me demandais, ça fais quoi d'avoir du sang russe souillé qui coule dans ses veines?'
J'ouvris la bouche, prêt à répondre, quand une voix me devança
"Parce que tu es capable de sentir le sang qui coule dans tes veines toi?"
Arakady vint se planter entre le groupe et moi
"Fichez lui la paix, il n'a pas décidé d'être pur russe ou non, et croyez moi s'il avait put choisir il aurait été des votre!"
Je lançais un regard noir à Arakady
"Je sais prendre ma défense moi même, merci!"
Puis, je pivotais vers la fille qui s'écartait pour rejoindre le groupe, ne voulant pas se frotter à Arakady
"Sache que mon père est quelqu'un de haut placé, et que, pur russe ou non, je suis plus "important" que toi. D'ailleurs, son mariage n'étais qu'un mariage arrangé!"
Sur ce, je tournais les talons, suivis d'Arakady. Pendant un bon moment, je ne dis rien, Arakady me regardait silencieusement, songeur. Puis, il brisa le silence.
"Ne fais pas attention à eux Vik', tu sais comment ils sont, ils ont toujours méprisés ce qui..."
"Tu n'y es pas, le coupais-je, Ça n'a rien à voir avec le fait que je ne sois qu'a moitié russe, c'est juste que... Ça m'agace de voir que toi, tu as juste à te montrer et ils s'écartent aussitôt de ton chemin, comment peux tu autant imposer le respect?"
Il sourit
"Ah, ça..."
Mais il n'eut pas le temps d'achever sa phrase, quelqu'un déboula
"Dis Arakady, on organise une fête la semaine prochaine, ça te tente?"
L’intéressé sourit
"Evidemment!"
Mais l'autre me dévisagea avant de prendre celui qui fut mon ami à part
"Par contre, sans Viktor"
Souffla t-il. Arakady fronça les sourcils avant de secouer la tête
"Alors c'est hors de question! Je sais que vous ne le supportez pas, qu'il vous insulte, mais ça n'est pas une raison pour que moi, je le laisse tomber, hors de question de le laisser seul!"
Sur ces mots, il pivota, mais je n'étais plus là.
"On dirait que LUI n'a que faire de te laisser seul"
Commenta alors le garçon avec un sourire narquois.
Les jours sont passés, longs, interminables. Et chaque jour, je pouvais apercevoir Arakady qui attendait devant chez moi dans l'espoir de me voir revenir. Toujours ce même regard, celui de quelqu'un qui ne comprend pas, et qui de toute façon ne veux pas comprendre, qui veux juste que tout redevienne comme avant, retrouver ce qu'il à perdu. Et tous les jours, je l'observais de ma fenêtre, me mordant la lèvre inférieur. Je voyais son regard triste et abattu, et je m'en voulait de lui faire subir ça. Mais j'étais incapable de retourner vers lui.
Peut être vous aussi vous demandez vous, comme lui, ce qui m'avais alors prit? Ça ne parais pas évident? Rien de plus simple que la jalousie, ni plus ni moins. Il était populaire chez ceux qui me haïssaient, et était respecté chez ceux qui me méprisaient. Tout ce qui me manquait, il l'avait. Je ne cherchais pas, certes, à me faire apprécier des non russes, mais j'aurais été prêt à tout pour monter ne serait-ce qu'un tout petit peu dans l'estime des pro-russes.
J'ai été prêt à tout...




"Viktor!"
Cette voix féminine m'était familière, mais pas suffisamment pour que je sache remettre un nom dessus. Je pivotais sans savoir à quoi m'attendre. C'étais une fille dont les cheveux frisés châtains clairs et coupés au carré encadraient un visage colorés, ses yeux étaient vert profond.
"May..."
Soufflais-je. Celle qui sortait avec Arakady. Elle s'arrêta, pantelante, à quelque pas de moi, j'attendis qu'elle reprenne son souffle en lui lançant un regard inquisiteur. Je savais qu'elle hésitait moins que les autres à m'adresser la paroles en raisons de ses sentiments pour Arakady, mais je ne m'attendais pas à ce que cela continue alors que j'avais tourné le dos au russe.
"Viktor, je t'ai cherché partout! Il... Il faut que tu cesses d'ignorer Arakady! Il... Je veux dire.... Vous étiez amis! Il souffre beaucoup et il ne comprend pas ce qui te prend!"
Je reniflais en lui jetant un regard chargé de dédain
"Et il t'as envoyé à sa place c'est ça?"
Elle secoua la tête
"Lui dit que tu as besoin d'être un peu seul, et que tu reviendras vers après, mais je sais qu'il n'en pense pas autant, moi non plus d'ailleurs, alors j'ai décidé de prendre les choses en mains..."
Son regard se fixa alors par dessus mon épaule, je regardais derrière moi et aperçut Arakady face au groupe russe. Derrière lui, le frère de May qu'il semblait protéger.
"Tu disais que je dois cesser d'ignorer Arakady huh? Très bien..."
A son regard, je compris qu'elle savait que mes paroles ne répondaient pas tout à fait à sa demande. J'avançais vers les autre. Le groupe semblait reculer devant Arakady.
S'il tel était le seul moyens de me joindre a eux, de monter dans leur estime, alors je le ferais sans hésitation...
"Être russe ou non ne change rien! Depuis quand juge t-on de la valeur des gens? Surtout par une chose qu'ils ne peuvent pas choisir et..."
"Depuis que nous autre, russes, somme supérieur- c'est à dire depuis toujours. Ce type n'est pas russe et n'a pas pus choisir? Dommage pour lui, il fallait être russe"
Arakady sursauta quand je l'interrompit et me lança un regard surpris
"Vik, je..."
Le tintement d'une épée sortie de son fourreau retentit, Arakady écarquilla les yeux.
"Viki, je ne crois pas que..."
Je lui lançais un regard aussi froid et acéré que la lame de mon épée
"Tu fais honte à ton sang, comment peux tu, alors que tu es pur-russe, prendre la défense de cette vermine! Contre de purs russes en plus!"
Il ouvrit la bouche, mais, sans lui laisser le temps de parler, je passais à l'attaque. Aussitôt, il brandit son épée et para mon coup de tel sorte que la violence du choc remonta jusque dans mes bras. Même prit de court,sa réaction était immédiate, je n'en attendais pas moins de lui. S'ensuivit une lutte acharnée, durant laquelle les luttes amicales du passé, lors desquels j'avais appris à connaitre ses points forts, me furent bien utile. La différence, ce que cette fois ci nous étions armés, que je ne comptais pas lui laisser la victoire et que plus il sera blessé, mieux je me porterais. Je pouvais lire une certaine inquiétude dans son regard, pourtant, un combattant comme lui ne pouvait craindre le combat que nous menions. La seule chose qui pouvait l'inquiéter ainsi devait être la haine dans mon regard.
J'hésitais soudain, me remémorant les bons moments passés ensemble, me remémorant notre amitié. Arakady me regarda, attendit de voir quel allait être ma réaction. Je pris soudain compte de mon épuisement, j'ignorais depuis combien de temps nous combattions, mais je ne tiendrais pas longtemps à ce rythme, alors que mon adversaire, lui était entraîné, et encore prêt à se défendre. Je ne pouvais pas gagner ce combat, comment le pourrais-je? Ce type s'entraînais depuis tout gamin à se battre, alors que moi, sans être un mauvais combattant, je ne connaissais à vrais dire pas beaucoup plus que les bases. Qui plus est, il était russe de sang pur, comment pouvais-je espérer vaincre un russe de sang pur alors que mon sang était souillé? Il m'était supérieur...
"NON!!"
La colère me submergea, je pouvais le vaincre, et si j'y arrivais, je monterais dans l'estime des autres, et, qui sait, peut être pourrais-je les rejoindre?
La suite se passa sans que j'eu besoin de réfléchir, mon regard se posa sur son épée. J'agis pas instinct, et pourtant, je réutiliserais tant de fois encore cette technique dans le futur... Arakady me fixait, l'air intrigué, se demandant ce que j'allais faire. Puis, peu à peu, il commença à montrer un certain malaise, il dessaisirait la main qui tenait son épée avant de la reprendre correctement, puis, de la relâcher un peu à nouveau, ce manège dura jusqu'à ce qu'il lâche- jette presque- son épée avec un cri de douleur, de la fumée s'élevait du pommeau, et la chair de sa main était brûlée. Il la regarda un instant hébété avant de comprendre et tourner la tête vers moi.
"Ça, c'est pas fair-play"
Je haussais les épaules
"On a énoncé aucune règle, à partir de ce moment tous les coups sont permis"
Son regard se fit grave, il serra son poing intact
"Très bien, dans ce cas..."
Il chargea. Je me préparais à "l’accueillir", épée en main. J'aurais dût garder en tête qu'il savait se débrouiller à main nues, avant que je ne puisse réagir, sans que je puisse comprendre ce qui m'était arrivé, je me retrouvais à terre, couché sur le ventre, Arakady me maintenait le bras bloqués derrière le dos, et m'immobilisais de son genoux. Comme je tentais de me débattre, je sentis une violente douleur se propager dans mes bras, puis, il me lâcha et se redressa. Je tentais de bouger mes bras, impossible, ils étaient paralysés (temporairement fort heureusement) suite à la décharge qu'il avait envoyés dedans. Le regard chargé de haine, je me relevais sans user de mes bras et redressais fièrement la tête d'un air de défi. Las, il coula vers moi un œil accablé avant de tourner les talons et de partir- ramassant son épée au passage.
Entre nous, nous savions qui était le vainqueur réel de ce combat, mais officiellement, il était celui qui avait abdiqué. Une main se posa sur mon épaule, je tournais la tête
"Ton sang n'est peut être pas celui d'un pur russe, mais tu défend l'honneur russe comme tel!"




"Tu comptes traîner encore longtemps sur mon chemin? Pousse toi!"
Ma mère me jeta un regard peiné avant de s'écarter, presque aussitôt, la voix de mon père retentit derrière moi:
"Viktor..."
Je fis volt-face, il posait sur moi un regard dur
"Sois plus respectueux avec ta mère s'il te plaît."
Un profond dégoût me submergea. Depuis combien de temps cela durait il? Trop de temps déjà! Mon père était supposer mépriser ma mère, pas l'aimer! Encore quelque chose que je devais à cet imbécile d'Arakady. C'était maintenant, avec du recul, que je me rendais compte que cela avait commencé depuis longtemps, mes parents s'étaient rapprochés petit à petit sous l'influence d'Arakady et ses idéaux niais et stupide de tolérance.
"Et puis quoi encore? Je la traite comme elle mérite d'être traitée! Il n'y a pas si longtemps, tu agissais pareil!"
Mon père me fixa un instant avant de soupirer en secouant la tête.
"Bonne nuit Viktor"
Souffla t-il avant de tourner les talons. Je sortis en jetant un regard glacial à ma mère. Dehors, Ekaterina m'attendais déjà. Elle avait attaché ses longs cheveux blond clair en tresse, laissant juste sa mèche blanche tomber sur son visage. Aussitôt, j'oubliais le comportement de mon père.
"Déjà là? Tu avais peur que je parte sans toi?"
Elle posa ses yeux presque lilas sur moi
"Hmm? Non, ma montre avance un peu je crois"
Je souris, sans faire allusion au fait qu'elle ne portait aucune montre.
Des années étaient passées depuis mon combat contre Arakady, tant d'années qu'on ne peux s'en souvenir de mémoire d'homme. Ces années avaient alimentés une haine entre nous. Même lui- qui au début semblait naïvement regretter notre amitié- ne supportait plus ma présence plus d'une seconde.
Alors qu'Ekaterina et moi marchions côte à côte, une voix retentit
"Toujours pas de bague? Tu comptes faire ça traîner encore longtemps Viktor?"
Je tournais la tête
"Salut Vladlen"
Ekaterina détourna le regard, cherchant à cacher ses joues brusquement rouges
"Qu'est ce que tu veux dire?"
Demanda t-elle avec un rire nerveux
"Allez, c'est un secret pour personne! répondit Vladlen en riant, Vous vous tournez autour depuis des mois tous les deux! Si ce n'est des années!"
Ekaterina ouvrit la bouche, je la devançais
"Vous vous faites des idées les gars. Et quand bien même je l'aimerais, ça ne mènerait nul part".
La russe sursauta et me regarda:
"Pourquoi?"
Je haussais les épaules
"Tu es russe de pur souche tu te rappels? Pas à demi, comme moi"
Elle baissa la tête
"Oh... oui.... C'est vrais...Enfin, ce n'est pas comme si ça allait y changer grand chose n'est-ce pas?"
Je souris, me retenant de dire tout haut ce que je pensais
"Tu mens très mal Ekaterina"
Nous échangeâmes encore quelque mots avec Vladlen avant de continuer notre route
"Dis, commença Ekaterina, j'ai entendus Arakady dire que tu as tenté de l'assassiner avant hier... c'est vrais?"
Je lui jetais un regard en coin
"Qu'est ce que tu en penses?"
Elle ferma les yeux un instant
"J'en pense que tu le déteste suffisamment pour ça..."
Finit elle par répondre.
"Arakady ne mentirais jamais sur ce genre de chose, c'est vrais"
Répondis-je alors comme on énoncerais un fait.
"C’était l'occasion idéale, ce serait passé pour un accident...j'ai raté, dommage"
Elle me fixa alors, je m’arrêtais
"Il y a un problème?"
Elle soupira
"Viktor, je sais que vous vous détestez, moi non plus je ne supporte pas Arakady, mais tu ne crois pas que ça va trop loin?"
J'ouvris la bouche pour répliquer, elle leva la main pour m'intimer le silence
"Je refuse que tu mettes ta vie en danger juste pour ça!"
Je lui lançais un regard amusé
"C'est une déclaration?"
"Je suis sérieuse Viktor..."
Je soutins son regard un instant avant de soupirer
"D'accord, je me contenterais de l’amocher le plus possible... mais tu crois vraiment que lui le fera?"
Elle me fixais droit dans les yeux
"Tu le connais mieux que moi Viktor, et tu sais que oui..."
Je soupirais a nouveau
"D'accord, tu as gagné, je lui ferais comprendre que si je m'en prend a son intégrité physique, je n'attenterais pas a sa vie"




"Je déteste l'hiver!"
Je lançais un regard amuse a Ekaterina
"C'est drôle, tu disais le contraire hier"
Elle me lança un regard noir
"C'est ça, rigole bien! Je m'en souviendrais quand ce sera toi qui glissera sur une plaque de verglas! Bon, tu m'aides à me relever au lieu de rire?"
"Pas de risque, je regarde ou je poses les pieds moi! Et je suis sur que tu peux te relever toute seule!"
Elle releva le menton
"Peut être, mais ce ne serais pas très galant de ta part de laisser une demoiselle se relever toute seule! Bon, tu te dépêches? Je me gèle les fesses!"
Je souris
"Qui a dit que je voulait être galant?"
Cependant, je l'aidais tout de même. Tendis qu'elle époussetait toute la neige, je la fixais d'un regard moqueur. Elle me jeta un regard noir mais fini par se laisser aller à rire.
"Bon, d'accord, je te l'accorde, ça devais vraiment être drôle"
Un ans était passé depuis que je lui avais promis de ne plus mettre de vie en jeux dans mes disputes avec Arakady. Autant dire peu de temps pour un vampire, juste un battement de cils. Mais durant toute cette année, j'avais sentie que j’étais de plus en plus différent avec Ekaterina. Et elle aussi, se montrait de plus en plus affective. De plus en plus autour de nous, les gens parlaient de nos fiançailles comme d'une chose qui n'allait pas tarder. Même Arakady et May nous lançaient des regards amusés dès qu'ils nous voyaient ensemble- c'est a dire des qu'ils nous voyaient tout court- ce qui m’agaçait au plus haut point, et il était rare que je reste de marbre. Mais je craignais plus que tout de ne pas parvenir à résister à mes sentiments.
"Tu ne peux pas te le permettre, son sang russe est pur, pas le tiens..."
Me répétais-je inlassablement.
"Viktor attention!"
Je redressais la tête en sursautant, juste à temps pour apercevoir le poteau électrique avant de lui rentrer dedans. Ekaterina était hilare
"Tu regardes où tu poses les pieds c'est ça?"
Je redressais la tête, renfrogné
"Ça va, j’étais dans mes penses!"
Protestais-je.
"Bien sur"
Souffla t-elle en se rapprochant
"Ekaterina qu'est ce que..."
Elle me poussa doucement contre le poteau. Je la regardais droit dans les yeux:
"Je ne crois pas que..."
Elle m'interrompis d'un baiser langoureux
"RÉSISTE!"
Hurlais mon esprit. Mais mon corps en avait décidé autrement. Elle fini par s’écarter, lentement, comme si elle avait peur de mettre fin a ce moment
"Ekaterina, on ne peux pas..."
Mais tendis que je prononçais ces mots, mes gestes contredisaient mes paroles en glissant ma main dans la sienne.
"On le fera quand même"
Souffla t-elle en serrant ma main dans sa paume.




"Il fait trop chaud!"
Geignis-je. Ekaterina me regard avec des yeux rond
"Tu plaisantes?!"
Non, je ne plaisantais pas, mais je n’étais pas sincère non plus. L'hiver était terminé depuis quelques mois, et les températures étaient relativement douces.
"On ne peut pas juste rester là, tous les deux?"
Proposais-je. Elle me frôla le crâne du bout des doigts dans une tape affective et amusée
"Flemmard!"
Je la serrais un peu plus contre moi
"Je veux juste profiter d’être avec toi"
Je finis cependant ma me lever en me rabrouant une énième fois d’être incapable de lui tenir tête pour peu qu'elle sourisse. Vladlen riait sous cape
"Je suis sur que si on faisait une élection du meilleur couple, vous la remporteriez haut la main!"
Pouffa t-il
"Tu exagères! Arakady et May s'entendent bien eux aussi!"
Protesta Ekaterina en rougissant. Vladlen me lança un regard hilare
"Peut être, mais ils sont ensemble depuis suffisamment longtemps pour qu'Arakady ai passé le cap du 'je cède a tes moindres caprices'"
Je poussais un grognement. Nous parlâmes encore un moment avant de saluer Vladlen et de partir.
Alors que nous marchions main dans la main, j’aperçus une foule se former.
"Que se passe t-il?"
M'enquis-je
"Tu n'es pas au courant? C'est aujourd'hui qu'Arakady se marie. Il en leur aura fallut du temps. Mais Arakady n’était jamais la assez longtemps pour ça, comme il est soldat..."
Je lançais un regard méprisant a la foule. En effet, Arakady et May étaient là, l'air heureux, aux anges. Leur fille de 8 ans, Lyra, dans les bras de sa mère.
"Quelle honte! Lui qui est pur-russe devrait perpétuer son sang, non pas le souiller avec celui d'une non russe!"
Ekaterina me jeta un regard en coin.
"Si c'etait le cas, tu ne devrais pas être avec moi, je suis pur-russe, pas toi"
Remarqua t-elle. Mon cœur se serra.
"Tu as raison"
Un sourire se dessina sur son visage, mais il s’effaça presque aussitôt quand elle sentie que je lui lâchait la main.
"Viktor... qu'est ce que tu..."
Je lui lançais un regard las
"Ekaterina... j'aurais dut faire ça depuis longtemps... depuis le début même... tu as raison, on ne peux pas être ensemble, ton devoir est d'assurer la pureté de ta génération... et ce n'est pas avec moi que tu le pourras"
Je tournais les talons
"Tu plaisantes? Viktor! Je... C'est ridicule! C'est toi que j'aime! Que tu... tu.... dans tous les cas je n'aurais pas de descendance de pur sang! Car si ce n'est pas avec toi, ce ne sera avec personne d'autre! Ça ne mènerais à rien!"
Je pivotais, des larmes inondaient son visage, mon cœur se serra, je ne voulais pas la blesser... mais que pouvais-je faire d'autre?
"Oh si tu le peux, tu peux trouver quelqu'un d'autre. Si je me souviens bien, il y a une époque ou tu me méprisais, tu t'en prenais même plus à moi que les autres. Tu sauras faire sans moi."
"Comment peux tu dire ça! C’était il y a des années, nous n'étions que des enfants!"
Je secouais la tête
"Quand bien même, je ne PEUX pas être avec toi."
Elle serra les poings
"Et toi alors? Tu t'empêches de sortir avec des pures-russes, mais tu méprises ceux qui ne le sont pas!"
Je laissais se dessiner un sourire triste
"Hé bien, je resterais seul pour le reste de mes jours"
Elle secoua la tête
"Viktor..."
Gémit elle. Mais je tournais les talons et partis, la laissant derrière moi, les cœur serré, mais avec détermination.
avatar
Alassea
Membre

Messages : 160
Date d'inscription : 08/06/2013
Age : 21
Localisation : Somewhere and nowhere

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Just a drop of blood

Message par Anastasie. le Mer 2 Avr - 9:58

Magnifique texte Madéal :)c'est une très belle histoire ! mais je veux une suite !!! ;)Aller go go je veux une suite xd
avatar
Anastasie.
Membre

Messages : 13
Date d'inscription : 02/05/2013
Age : 22
Localisation : Dans ta chambre le soir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Just a drop of blood

Message par Elfiane le Mer 2 Avr - 10:01

moi j'ai pas eu le courage de lire jusqu'au bout, je déteste lire sur ordinateur car rien ne vaux les pages que l'on tourne et le toucher du papier.
avatar
Elfiane
Membre

Messages : 439
Date d'inscription : 08/09/2012
Age : 21
Localisation : Nieppe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Just a drop of blood

Message par Alassea le Mer 2 Avr - 15:46

xD
Non, ce texte n'aura pas de suite, pour la simple et bonne raison qu'il raconte le passé de persos de RPs, la suite se fait donc en RPs ^^
En outre, je peux expliquer ce qui se passe:

Viktor, de par son père qui est haut placé dans la société, a lui même une place dans la haute société (auprès des star etc... ben, oui, il à connu les Tsar lui x).  Mais comme le RPs se passe à l'époque actuelle, vous vous doutez bien qu'il n'a plus autant d'influence (plus de tsar Very Happy) et que ça ne lui plait pas ^^
C'est là qu'un type, lui aussi vampire de la haute, le contact pour l'informer qu'ils ont retrouvé le fils caché d'un tsar, Ilya (lui même l'ignore) et ils projettent de le préparer à reprendre la place qui lui est dut. Ils compte sur Viktor pour lui enseigner ce qu'il doit savoir. Mais comme d'autres vampires, moins traditionnels, pourraient tenter d'assassiner Ilya pour empêcher ce retour en arrière, on demande alors au meilleur soldat de leur servir de gade du corps, et bien à tomber, on demande ça à Arkady Very Happy
Ils partent donc au japon, dans une académie mixte vampire-humain où les humains ignorent l’existante des vampires (ouais, me demandez pas leur raison, la véritable raison est que le RP se passe là bas et que donc ils devaient être là bas... non ce n'est pas inspiré de VK). Juste avat leur dépare, la femme d'Arkady, May, va se faire assassiner.
Arkady en tant que prof (un prof qui aide ses élèves à sécher et la accompagne même mais un prof quand même), et Viktor et Ilya, en tant qu'élèves.

Après la suite aura lieu en RP. J'ai déjà prévu le retour d'Ekaterina parce qu'elle aime Viktor et qu'elle le suivrait au bout du monde s'il fuyait au bout du monde. J'hésite encore à laisser Viktor céder à nouveau avant de se reprendre, ou à le faire camper sur sa position.
J'ai aussi prévu que Viktor vas tenter de tuer Arkady, qui se rendant compte qu'il est fait comme un rat, va dire quelque chose (je ne sais pas encore quoi) et que Viktor lui dira "c'est drôle, ta femme m'a diot la même chose avant de mourir" ou un truc du genre, et donc Arkady et Viktor se feront ENCORE PLUS la gueule. (Oui, au passage suite à cette révélation Arkady va être fou de rage, être à deux doigts de tuer Viktor mais Ekaterina va intervenir)
avatar
Alassea
Membre

Messages : 160
Date d'inscription : 08/06/2013
Age : 21
Localisation : Somewhere and nowhere

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Just a drop of blood

Message par Elfiane le Jeu 3 Avr - 10:14

Qui êtes-vous et qu'avez vous fait à Madeal dont l’écriture est habituellement parfaite. Aux vues de vos fautes vous êtes un imposteur  lol! Rendez-nous Madeal  Exclamation  Exclamation  Exclamation
avatar
Elfiane
Membre

Messages : 439
Date d'inscription : 08/09/2012
Age : 21
Localisation : Nieppe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Just a drop of blood

Message par Alassea le Ven 4 Avr - 18:27

Oh, non, je ne suis pas Madeal, mais je ne suis pas un imposteur non plus, en fait, je suis l'une de ses 9 personnalités
avatar
Alassea
Membre

Messages : 160
Date d'inscription : 08/06/2013
Age : 21
Localisation : Somewhere and nowhere

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Just a drop of blood

Message par Daysten le Ven 4 Avr - 18:33

9 personnalités ? C'est pas un peu beaucoup, ça ? ^^
avatar
Daysten
Membre

Messages : 47
Date d'inscription : 31/03/2014
Age : 19
Localisation : Dans les Froides Montagnes Embrumée du Nord

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Just a drop of blood

Message par Alassea le Ven 4 Avr - 19:10

1: Madeal
2: Madeal calme (tellemen calme qu'elle dort beaucoup en moi=
3: Anori
4: Li Ru (exclusivement là pour crier HAHAHAAA COMME UN AGNEAU A L’ABATTOIR!! Maintenant.... FEUUUUUUU!"
5: Elfiane, oui, elle est ma 5ème personnalité
6: Gollum
7: Tifen/Maëlys: On ne sait pas encore vraiment qui c'est, mais c'est la prof d'espagnol qui l'a détectée. Peut être une personnalité bonne en espagnol, dans ce cas, elle s'est endormie depuis que je suis arrivée au lycée
8: Sans nom: Celle qui fait des cris bizarre avec des voix bizarres sans raison, juste comme ça
9: Le grand pope de la série abrogée des chevaliers du zodiaque, est là exclusivement pour rire
Et je viens de me rendre compte d'une 10ème: Mew. Elfian et Anastasie comprendront x)
avatar
Alassea
Membre

Messages : 160
Date d'inscription : 08/06/2013
Age : 21
Localisation : Somewhere and nowhere

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Just a drop of blood

Message par Elfiane le Ven 4 Avr - 19:21

Madeal possède presque autant de personnalités que Anastasie qui elle collectionne les amants ( c'est un délire je précise pour ceux qui n'ont pas encore la GRANDE chance de nous connaitre  Very Happy )
avatar
Elfiane
Membre

Messages : 439
Date d'inscription : 08/09/2012
Age : 21
Localisation : Nieppe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Just a drop of blood

Message par Alassea le Ven 4 Avr - 19:32

Julie n'a que 7 amants, j'ai 10 personnalité, ne me compare pas à cette petit joueuse s'il te plait Cool
avatar
Alassea
Membre

Messages : 160
Date d'inscription : 08/06/2013
Age : 21
Localisation : Somewhere and nowhere

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Just a drop of blood

Message par Daysten le Ven 4 Avr - 20:06

Quel suffisance ^^
avatar
Daysten
Membre

Messages : 47
Date d'inscription : 31/03/2014
Age : 19
Localisation : Dans les Froides Montagnes Embrumée du Nord

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Just a drop of blood

Message par Elfiane le Sam 5 Avr - 7:16

C'est là bcp de modestie pour elle
avatar
Elfiane
Membre

Messages : 439
Date d'inscription : 08/09/2012
Age : 21
Localisation : Nieppe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Just a drop of blood

Message par Alassea le Sam 5 Avr - 11:35

Quoi? C'est la vérité, 10 c'est plus que 7!
avatar
Alassea
Membre

Messages : 160
Date d'inscription : 08/06/2013
Age : 21
Localisation : Somewhere and nowhere

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Just a drop of blood

Message par Alassea le Sam 5 Avr - 11:38

En attendant ce que m'a tant réclamé Julie, qui mettra probablement plusieurs jours à écrire, je vous laisse ça pour patienter.
L'histoire d'un autre persos, mais qui viens du même RP (à savoir Vampire Knight, a new story)

Ce qui est arrivé à la mère d’Arutha et pourquoi on n’en parle jamais…
 
 
 
 
            L’histoire que je vais vous conter, vous ne l’entendrez jamais de la bouche d’Arutha, car il s’est efforcé de l’oublier. Les faits se passent trois ans avant qu’Arutha ne parte en France, c'est-à-dire quatre ans avant le Vampire Knight actuel.
 
                Ce jour où tout à commencé, Arutha pensait ne jamais l’oublier. Il avait 15ans à l’époque. Il cherchait un livre parmi les étagères de la bibliothèque familiale quand il entendit la voix de ses parents. En temps normal, il n’aurait pas cherché à en savoir plus, et n’aurait pas eu l’indiscrétion de les écouter, mais alors qu’il s’apprêtait à sortir pour ne pas les déranger, il entendit son père protester :
« Voilà des années que j’ai arrêté d’être Vampire Hunter ! C’est hors de question, et tu le sais ma chérie…
Le jeune garçon pila net et tendit l’oreille. Sa mère soupira :
-Je sais, mais je ne voudrais pas que ça ne tourne mal ! Ce n’est pas reprendre ton travail, c’est protéger ta famille ! Sois juste prêt, s’il te plait.
Arutha retourna sur ses pas pour risquer un regard vers ses parents. Son père était assis, et sa mère se tenait face à lui, elle semblait sincèrement inquiète, voir désespérée.
-Ça ne tournera pas mal.
Promis M.Inchou.
-Ça tourne toujours mal, et tu es bien placé pour le savoir !
Le père d’Arutha se leva :
-Pas cette fois, je m’en assurerais. Tu te rends compte de ce que tu me demandes ? Ce serait pire que de me tirer une balle en plein cœur ! Non, je ne peux pas faire ça, désolé.
Il tourna les talons pour mettre fin à la discussion, Arutha recula avec précipitation pour ne pas être aperçut en train de les espionner.
-Pense au moins à notre fils ! Tu ne voudrais pas exposer Arutha à un tel danger ?!
Tenta alors Mme Inchou en ultime recours. Mais en vain, car son mari répondit juste :
-Il n’y aura aucun danger, tu verras. »
Avant que la porte ne se referme derrière lui. Arutha lança un regard hésitant vers sa mère, elle s’était assise en soupirant, l’air absorbé dans ses pensées. Il s’empressa alors de se diriger discrètement vers la porte à son tour. Que devait-il comprendre à tout ça ? Sa mère avait elle été attaquée par un Sang-Pur ? Allait-elle tourner en Level-E ? Le sang du jeune garçon se figea dans ses veines. Il ne voyait aucune autre explication. Elle avait supplié M Inchou de la tuer avant qu’elle ne tourne en level-E, mais il en était incapable. Arutha serra les poings.
« Il le faut pourtant, ça ne peux que mal finir… »
Souffla t-il pour lui-même. Mais soudain, le cours de ses pensés fut interrompu par un brusque :
« Att… 
Trop tard, il percuta quelqu’un de plein fouet, il sentit quelque chose lui tomber sur le dos, puis, des objets claquer au sol dans des bruits de pages froissées.
-Arutha ! Regarde un peu où tu vas !
Il regarda à terre, trois livres traînaient au sol sur un tapis de feuilles noircies -ou plutôt bleuies- d’écriture.
-Désolé Faith.
S’excusa Arutha en se penchant pour ramasser ce qui était tombé. Sa grande sœur- 19ans- pour un profond soupir et s’accroupie à son tour pour aider le jeune garçon. Quand ils eurent tout ramassé, il hésita un instant avant de commencer :
-Je peux te parler un instant ?
Sa sœur lui lança un regard intrigué, mais avant qu’il n’ait put décrire la conversation qu’il avait surprise, la porte derrière lui s’ouvrit sur leur mère.
-Tu voulais ?
S’enquit Faith. Arutha secoua la tête.
-Rien… »
 
 
                Arutha ouvrit brusquement les yeux. Il faisait encore nuit noir, mais il avait été réveillé par la porte de la chambre à droite de la sienne qui claquait. Il referma les yeux et tenta de se rendormir, mais rien n’y faisait, il n’y parvenait plus. Il se leva alors pour aller boire quelque chose. Il sortit de sa chambre et descendit les escaliers avant de se diriger vers la cuisine. Quand il poussa la porte, il aperçut sa mère en train de rincer un verre. Elle sursauta en l’entrant et fit volte-face :
« Tu ne dors pas encore ? Tu as cours demain
Lança t-elle avant de lui offrir un sourire chaleureux. Arutha la fixa un instant. Pourquoi avait elle sursauté ? Pourquoi semblait-elle préférer qu’il soit au lit ? Avait-elle quelque chose à cacher ?
-Je vins de me réveiller, et j’avais soif, alors je suis descendu boire une goutte.
Expliqua t-il en prenant un verre avant de se verser à boire. Sa mère sourit :
-D’accord, mais file te recoucher après, d’accord ?
Ce disant, elle s’approcha et fit mine de passer ses bras autour des épaules de son fils, aussitôt, les sens d’Arutha se mirent en alerte et il s’esquiva brusquement. Sa mère le regarda, surprise :
-Quelque chose ne va pas ?
Il détourna le regarda :
-Rien, il n’y a rien… »
Elle le fixa un instant, la mine inquiète, avant de décider de ne pas insister, elle lui souhaita bonne nuit de loin, l’air chagriné, avant de sortir de la cuisine.
 
 
                « Faith !
La jeune femme pivota en réajustant son col. Malgré tous ses efforts, Arutha n’était pas parvenu à parler à sa sœur de la discussion qu’il avait surprise, à chaque fois qu’il essayait de l’approcher, sa mère intervenait. Sa sœur lui lança un regard intrigué :
-Tu as l’air d’être en froid avec maman ces derniers temps, il s’est passé quelque chose ?
S’enquit-elle. Son frère grimaça :
-On peut dire ça…
Elle haussa un sourcil :
-Ça fait vraiment bizarre ! D’habitude vous êtes si proches, tu es son chouchou, et là…
Arutha ne s’offusqua pas, il savait que c’était vrai. Peut être vous êtes vous déjà demandé comment Arutha pouvait être si sérieux avec le directeur comme père ? La voilà la réponse, il tenait ça de sa mère. Cependant, leur sérieux ne les empêchait pas d’être étonnement proches. Mais depuis qu’il avait entendu la discussion entre ses parents, Arutha se méfiait de sa mère, qui sait, sa prétendue marque d’affection pouvait être en réalité motivée par tout autre chose ? Il avait conscience que sa mère était blessée par son brusque changement de comportement, et il ne pouvait s’empêcher de s’en vouloir, mais c’était ça ou risquer sa vie…
-Qu’est ce qui s’est passé ?
S’enquit Faith. Arutha soupira :
-En fait…
Soudain, une voix retentie derrière eux :
-Faith ! Tu peux venir un instant ? J’aurais besoin de toi !
Arutha fit volte-face pour se retrouver nez à nez avec sa mère :
-Qu’est ce qu’il y a encore ! Tu passes ton temps à t’arranger à ce que Faith et moi ne nous retrouvons pas seuls tous les deux dans la même pièce ! Qu’est-ce que tu veux à la fin ?! On est frère et sœur, tu ne peux simplement pas nous empêcher éternellement de nous voir ! »
Sur ce, sans laisser le temps à sa mère ou à Faith de réagir, il tourna les talons. Il monta les escaliers, il avait besoin d’être seul un instant pour se détendre. Soudain, il aperçut un mouvement dans la chambre à gauche de la sienne, dans la chambre de ses parents. La porte étant ouverte, il y jeta un coup d’œil pour y apercevoir son père. Arutha hésita un instant, devait il lui en parler ? Non, il semblait occupé, de toute façon, il était déjà au courant et avait déjà son avis sur la question, et Arutha connaissait l’entêtement de son père quand il avait prit une décision. Il passa son chemin pour gagner sa propre chambre. Avisant le cahier sur son bureau, il décida de faire ses devoirs histoire de lui passer les nerfs. Il ouvrit son cahier et se lança dans son travail quand soudain, il entendit sa sœur crier. Il bondit hors de sa chambre, passant devant celle de ses parents, il se rendit compte que son père n’avait pas réagit.
« Il est donc si peu inquiété ? »
Maugréa t-il entre ses dents. Arrivé en bas, il entendit du mouvement dans le sous-sol. Sans hésitation, il ouvrit la porte et descendit, la lumière était déjà allumée, soudain, il put entendre sa mère qui riait. Il passa la dernière marche et posa son pied au sol avant de lancer un regard vers la pièce. Rien ne semblait alarmant, sa mère riait tendis que Faith bougonnait quelque chose.
« Que se passe t-il ?
S’enquit alors Arutha. Faith haussa les épaules :
-Rien, c’est juste un rat qui a surgit de nulle part et qui m’a surprise… »
Le jeune garçon se détendit. Mais combien de temps restait-il avant que sa mère ne tourne en level-E ?
 
 
                Arutha jeta un coup d’œil par la fenêtre et poussa un soupir de soulagement. Il avait enfin réussi à se débrouiller pour se retrouver seul avec sa sœur. Sa mère était partie faire les courses, son père s’était absenté aussi- même si cela n’y changeait pas grand chose- et il avait quitté les cours plus tôt pour en profiter. Il n’aimait pas sécher les cours, mais c’était exceptionnel, c’était important, même d’une importance vital.
Quand elle entra dans la pièce, Faith lui jeta un regard surpris, un coup d’œil suffit au garçon à deviner qu’elle était de mauvais poil.
« Tu n’es pas en cours ?
Arutha secoua la tête :
-J’ai besoin de te parler, c’est très important.
Sa sœur poussa un grognement :
-Tu tombes mal… Tu ne peux pas reporter ça à…
-C’est VRAIMENT très important, et à chaque fois, maman m’empêche de t’en parler…
L’interrompit Arutha. Il ferma les yeux un instant avant de commencer :
-Il y a quelques jours, j’étais dans la bibliothèque quand…
-Papa n’est pas là non plus ?
Le coupa Faith. Arutha la soupira et tourna la tête vers elle pour se rendre compte qu’elle s’était rapprochée.
-Non. Bref, je disais…
Soudain, sa sœur le saisit par les épaules.
-Qu’est ce que tu… »
Il n’eut pas le temps d’achever sa phrase et sentit une vive douleur dans son cou. Il écarquilla les yeux. Depuis le début, ce n’était pas sa mère le danger, c’était sa sœur… Voilà pourquoi leur mère faisait tout pour les séparer, elle voulait le protéger… « Pense au moins à notre fils ! Tu ne voudrais pas exposer Arutha à un tel danger ?! » Ca ne l’avait pas marqué alors, mais elle n’avait pas fait allusion à Faith, juste à lui…
« Arutha ! »
Le jeune garçon sursauta quand sa mère surgit de nulle part et s’empara de Faith pour l’écarter de son fils. Il regarda un instant les deux femmes lutter, mais, désormais vampire, Faith avait un avantage écrasant, et leur mère ne possédait aucune arme. Impossible de tuer un vampire à main nues ! Aussitôt, Arutha se précipita vers la chambre de ses parents, il savait qu’il y avait des armes anti-vampires. Il en saisit une et ressortit à toute vitesse. Faith était penchée sur leur mère qui ne bougeait plus. Arutha leva son arme sur elle et tira, tira, tira. Il tira jusqu’à vider le chargeur. La pièce était entièrement éclaboussée de sang, et le corps de Faith tomba mollement. Le garçon resta immobile un instant, les mains tremblantes. L’arme finit par lui échapper des mains, il s’approcha du corps de sa mère.
« Maman ?... »
Elle ne réagit pas. Son visage était pâle, son regard fixé dans le vague, sans voir. Il s’agenouilla à côté d’elle, sans faire fît du sang de sa sœur. Un énorme vide se creusa soudain en lui. C’était…étrange… il ne ressentait pas de tristesse, juste un profond vide, mais c’était au-delà encore du désespoir. C’était comme si la douleur était telle qu’elle l’avait d’un coup privé de tout sentiment, même ses larmes refusaient de couleur. Pourtant, une vive et puissante douleur vrillait son cœur. Il ne voyait plus rien, n’était conscient de rien, ni du sang, ni du corps de sa sœur, ni de ses tremblements, ni de la pièce. Rien, juste cette horrible douleur, ce vide, et le corps inerte de sa mère. Des souvenirs poignants refirent surface, tous les moments passés avec elle. Soudain, il prit conscience que les derniers moments qu’il avait passé avec elle, il les avait gâchés en soupçons, il l’avait blessé en la repoussant, il s’était refusé à son affection… et maintenant, elle était là, immobile à jamais et par sa faute… Alors, les larmes s’échappèrent enfin, mais au lieu d’une délivrance, elles étaient plus douloureuses encore. Il resta là, à sangloter, et quand son père revint, il n’avait pas bougé, il sanglotait toujours, même s’il n’avait plus de larmes à pleurer.
 
 
                « Arutha ? On connait tous ton père, mais jamais personne n’a entendu parler de ta mère… Il lui est arrivé quelque chose ?
Le fils du directeur leva les yeux sur la Day Class qui lui avait posé la question.
-   Elle est morte quand j’étais tout jeune, je n’ai aucun souvenir d’elle.
Répondit-il en haussant les épaules.
-Et ta sœur ?
Insista l’élève
Quelle sœur ? Je n’ai jamais eu de sœur. »
C’était ainsi. Pour se protéger de la douleur, Arutha s’était menti à lui-même. Il s’était menti tant et si bien qu’il avait fini par croire à ses propres mensonges. Et si jamais on le mettait face aux incohérences de son histoire- car il y en avait forcément, on ne pouvait retirer deux personnes de son histoire de la sorte sans créer des incohérences- il était incapable de les expliquer, et en était lui-même surpris.
avatar
Alassea
Membre

Messages : 160
Date d'inscription : 08/06/2013
Age : 21
Localisation : Somewhere and nowhere

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Just a drop of blood

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum